Menu

Politique

Joe Lesjongard : « Le commissaire de police a agi tout de suite »


Rédigé par E. Moris le Dimanche 5 Juin 2022



L'ambiance n'est pas à la fête, même si la déco donnait un air de "fancy fair". Il fallait bien commenter le scandale des brutalités policières. C'est Joe Lesjongard, ministre de l’Énergie et des Utilités publiques, et président du MSM, qui a démarré la délicate opération d'indignation au nom du parti/

Si il est d'usage de déclarer qu'il faut laisser « l’enquête suivre son cours », et que les  vidéos sont « choquantes », il semble échapper à Lesjongard que la population n'attend pas une garantie du MSM mais du gouvernement : « le MSM donnera la garantie à la population que toute la lumière sera faite sur les actes de torture sur des suspects commis par la police ». A force de mélanger les affaires de l'Etat et de Lakwisin, le président du MSM oublie que le système du pays n'est pas régit comme une affaire familiale.

Selon lui, le commissaire de police Anil Kumar Dip a agi tout de suite « dès qu’il a pris connaissance de cette affaire ». Dans une question lunaire, il a lancé « Quel était leur agenda ? », faisant référence aux tortionnaires. C'est la question qui vaut son pesant d'or !

Alors que l’ancien Premier ministre et leader du Parti Travailliste (PTr), Navin Ramgoolam avait réclamé dans sa conférence de presse vendredi, la démission de Pravind Jugnauth en tant que Premier ministre et ministre de la Défense, le célèbre transfuge Joe Lesjongard s'est fendu d'un « Il a lui-même eu l’occasion de diriger ce pays et il a été un flop total pour le pays » et « Il est la dernière personne à pouvoir demander à l’actuel Premier ministre de démissionner ». Rappelons que Pravind Jugnauth l'homme qui est supposément le mieux informé, avait déclaré avec une incroyable légèreté qu'il ne savait rien. Ce qui avait fait dire à Navin Ramgoolam : « Si li pa ti kone osi, li grav. Seki lopozision fer to kone, seki to lapolis fer to pa kone ?»

Dimanche 5 Juin 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.