Menu

Environnement

Ile Maurice. Sur la plage de Trou aux Biches, les tortues menacées par l'exploitation touristique


Rédigé par E. Moris le Mardi 16 Août 2022

La douceur exotique de Maurice invite les touristes à explorer les lagons. Mais les dangers qui pèsent sur sa biodiversité réveillent les consciences.



Malgré des campagnes de sensibilisation, avec la complicité de quelques groupes hôteliers et opérateurs touristiques, la liste des espèces menacées s'allonge chaque année. Depuis la pandémie, les activités nautiques étaient interdites, offrant un répit à l'écosystème marin, mais depuis la pleine réouverture des frontières, un incessant ballet de bateaux et touristes provoquent la tranquillité des tortues dans le Nord de l'île.

 

Des opérateurs nourrissent les tortues de mer, des nageurs les pourchassent pour toucher ou saisir leur carapace, pour nager avec elles ou pour prendre des photos.

En vous rendant directement sur la plage publique de Trou aux Biches vous verrez de nombreux bateaux et de nombreuses personnes qui proposeront une sortie tortues. 20 bateaux entourent la zone tous les jours. Le prix est à discuter mais vous pouvez compter entre Rs 500 et Rs 1,500, pour 5 minutes sur le spot. Les bateaux prévoient de la nourriture afin d’attirer les tortues pour être surs de les croiser…perturbant ainsi tout l'écosystème marin. En partant de la plage en face du spot il faut compter environ 200-300 mètres, à la nage en se repérant à la bouée jaune (à gauche du ponton du Beachcomber), pour repérer les tortues.


 

Selon un communiqué du ministère de l’Économie bleue, des ressources marines et de la pêche, émis le 25 janvier, il est interdit de nager avec les tortues de mer, de les nourrir et de les harceler sous quelque forme que ce soit dans les eaux mauriciennes. Notons que le ministère a pris connaissance depuis le début de l'année de ces activités illégales dans le lagon de Trou-aux-Biches, mais à ce jour, les activités liées à ce business continuent impunément.

 

Notons que selon une ONG, Community-Centred Conservation, si des tortues marines sont encore visibles au large des côtes mauriciennes, les plages n’accueillent que très rarement leur ponte. Pendant les 20 dernières années, seuls quatre cas de ponte ont été enregistrés, notamment à Gris-Gris, La Cambuse et l’île Plate. Seules deux espèces de tortues marines – en l’occurrence la tortue verte et la tortue imbriquée – fréquentent les eaux mauriciennes. Ces deux espèces sont inscrites sur la Convention du commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES) qui interdit le commerce international d’espèces en voie de disparition. A Maurice, elles sont également protégées par le Fisheries Act de 1980.

Il faut aussi rappeler que Maurice a signé l’Indian Ocean – South East Asian Marine Turtle Memorandum of Understanding. Ainsi, les autorités s’engagent à coopérer avec les autres pays de la région et à recueillir des informations sur, par exemple, les captures accidentelles liées à la pêche et les recensements des populations.


Mardi 16 Août 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 18/08/2022 08:37
L'argent détruit la biodiversité, la bêtise humaine des touristes l'augmentera, la faiblesse des pouvoirs publics l'achèvera..

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.