Menu



Société

[Humeur] Les Avengers sauvent l'année 2020


Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Décembre 2020



Les Mauriciens ne font pas confiance à Pravind Jugnauth. Malgré les appels répétés de Pravind Jugnauth à l'unité de la nation, malgré des conférences de presse de son exécutif, qui s'avèrent un désastre, où louanges et flatteries ont été mises en avant, malgré un recadrage de la communication gouvernementale pour éviter les couacs, c'est la rupture avec le peuple.

Résultat direct de cette défiance, dans un contexte où la parole publique était déjà mise à mal : la popularité du Premier ministre est dans une courbe vertigineuse, un an après une élection contestée. Esseulé, vilipendé pour sa mauvaise gestion des affaires de l'Etat, la rue ne cesse de réclamer son départ. Le peuple a été aux premières loges pour observer les inégalités sociales, la corruption, la mainmise sur des contrats en plein confinement et un régime perçu comme de plus en plus autoritaire.

L’heure des comptes a sonné alors que Pravind Jugnauth têtu, arrogant s'obstine à vanter ce qu'il estime être du  : « bon travail » concernant sa gestion face à la pandémie Covid-19, qui a été parfaitement, selon lui, gérée par l’état. « Des fois nous ne chantons pas suffisamment nos propres louanges. » 

Pourtant, la révolution citoyenne est en marche depuis la première manifestation du 11 juillet qui avait pour but de dénoncer l’incompétence du gouvernement face à la mauvaise gestion des nombreuses crises qui ont secoué le pays. D'autres marches, notamment celle du 29 août 2020, entrera dans l'Histoire du pays. Les Mauriciens faisant partie de la société civile sont devenus un nouveau contre-pouvoir qui ne peut plus être ignoré. 

Dans cette ambiance gueule de bois, où le pays se retrouve sur la liste noire de l'Union Européenne, les frontières fermées en raison de la pandémie de la Covid-19 et une économie à genoux, Pravind Jugnauth envoie un mauvais signal pour des relations apaisées.

Des vacances parlementaires payés aux frais des contribuables sont considérés comme une insulte par les Mauriciens. Ils sont très nombreux à se retrouver au chômage ou ayant des difficultés à rembourser leurs emprunts. Des nominés politiques, "coller lafis" et "chatwas" n'hésitent pas, dans cette ambiance de "jouisseurs" à afficher avec cynisme leurs vacances, oubliant toute décence après une année aussi difficile.

Le miracle de fin d'année

Est arrivé un panel d'avocats en robes noires travaillant pro bono, pour faire éclater la vérité et rendre ses lettres de noblesse à la justice du pays. Tout a été dit sur eux et beaucoup de choses écrites. Malgré un agenda politique caché, il n'empêche, qu'on le veuille ou non, les Avengers sont perçus comme ceux qui ont donné un nouveau souffle au pays à l'agonie avec la multiplication des scandales de l'Etat.

L'affaire Kistnen, cet ancien agent du MSM, dont le corps a été retrouvé carbonisé dans un champs, n'a pas arrangé les affaires du gouvernement après l'autre scandale des terrains mal acquis de Angus Road.

Le ministre Yogida Sawmynaden fait face à des accusations très graves dans cette affaire malgré le soutien inconditionnel du Premier ministre. La veuve de Soopramanien Kistnen a réussi l'exploit, le temps d'une enquête judiciaire sur les circonstances entourant le décès de son mari, à le faire trainer devant les tribunaux pour une histoire d'emploi fictif.

Ce mardi, l’avocat du ministre, lui même empêtré dans un rapport de la commission d'enquête sur la drogue, a estimé non sans rire, que son client ne doit pas se mettre dans le box des accusés. Il le veut « en dehors du boite » selon l'expression d'un ancien politicien. La justice a tranché, le ministre devra impérativement être dans le box des accusés le 7 janvier prochain. Autre coup dur de la journée, un millier de citoyens l'ont hué à sa sortie, lui signifiant en pleine tronche leur mépris et colère. Il faut le reconnaitre, ce "moment" était assez jouissif, en témoigne les commentaires sur les réseaux sociaux.

Pendant ce temps, un ancien commissaire de police, devenu commissaire des prisons a été arrêté comme un vulgaire voleur de letchis. Ti lamp, ti lamp, la justice répare les torts et cicatrice les blessures causées par le régime au pouvoir. Dans chaque foyer ce soir, le sentiment d'une année qui se termine sur une bonne note, donne de l'espoir pour la nouvelle année qui s'annonce.


 

Mardi 29 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.