Menu



Environnement

[France] Fin de l'emballage en plastique de la filière des fruits et légumes dès le 1er janvier


Rédigé par E. Moris le Dimanche 26 Décembre 2021



Les emballages plastiques seront interdits pour une partie des fruits et légumes dès le 1er janvier prochain, obligeant les industriels à s'adapter.

Place au sac en papier ou au fourreau en carton. Cette modification s'impose à divers produits, comme les pommes, vendus dans des contenants de moins de 1,5 kilogramme, mais des tolérances courront jusqu'en 2026, notamment pour les fruits rouges, plus fragiles.

Les étiquettes non compostables apposées directement sur les aliments seront bannies elles aussi le 1er janvier. Par quoi remplacer le plastique ? Le groupe Casino (Monoprix, Supermarchés Casino...) a mis en place dans plusieurs enseignes la vente de tomates en vrac dans un contenant cartonné. Des filets de cellulose ou des sachets en papier sont aussi proposés. 

En cas de non-respect, les sanctions pourront grimper jusqu'à 15.000 euros d'amende et 1500 euros d'astreinte journalière. Du côté des légumes, seront concernés poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, courges ou encore radis.

Pour les fruits, ce seront pommes, poires, bananes, agrumes, kiwis, prunes, melons, ananas, mangues et fruits de la passion qui ne pourront plus être vendus avec ce type d'emballages.  Mais certains fruits et légumes y échapperont: les lots de 1,5 kg ou plus ainsi que les produits trop fragiles pour être vendus en vrac vont bénéficier d'exemptions temporaires, le temps que des solutions alternatives soient trouvées pour emballer ces aliments.

 

Dimanche 26 Décembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 26/12/2021 11:42
Par contre on va continuer à jeter les papiers, en carton cette fois, sur les plages et lieux publics. C'est moins dégradant que le plastique mais le comportement de certains Mauriciens restera le même.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.