Menu


Economie

Finance offshore : L'apparition de Maurice sur la "liste grise" de l'UE, fait fuir certains investisseurs


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Juin 2020



L'apparition de Maurice sur la liste européenne des pays déficients en matière d'anti-blanchiment fait fuir certains investisseurs. 

La presse économique africaine parle de panique au centre financier de Port-Louis. 

Blacklisté par l'Union européenne (UE) depuis le 7 mai, banquiers, avocats et gestionnaires s'inquiètent de voir d'ores et déjà leurs clients et prospects fuir l'île, ses nombreux services financiers et ses facilités fiscales. 

Fuite des investisseurs publics et privés

Selon Africa Intelligence, un séminaire en ligne du 10 juin organisé par la société de gestion mauricienne DTOS, le Managing Partner de JurisConsult Chambers, Nicolas Richard, a ainsi constaté avec préoccupation que ses clients américains et européens cherchent d'autres juridictions pour y transférer leurs structures, et que d'autres abandonnent la piste mauricienne pour créer leur société.

Même son de cloche du CEO de DTOS Jimmy Wong Yuen Tien et le directeur du Global Business d'AfrAsia Bank, Yogesh Gokool, également présents.

Les investisseurs en fuite, publics ou privés, se rabattraient désormais vers d'autres centres financiers, et notamment les îles britanniques de Jersey et Guernesey, que l'UE n'a pas incluses dans sa nouvelle liste.

A noter toutefois que si les financiers privés désertent, les agences publiques de développement européennes, elles, restent imperturbables face aux décisions de la Commission européenne et conservent leurs sociétés à Port-Louis. Le français Proparco, le britannique CDC ou encore la FMO néerlandaise sont ainsi établis à Maurice et n'auraient pris aucune mesure pour s'en distancier
 
Chez les professionnels mauriciens de l'offshore, la réponse du gouvernement à l'Union européenne ne rassure pas certains acteurs de l'industrie.

Ils accusent l'exécutif du premier ministre Pravind Jugnauth de ne pas avoir été suffisamment "proactif" et d'avoir attendu les sanctions pour pallier des lacunes déjà connues. Ils lui reprochent également de réagir trop plaintivement à la liste, sans aller de l'avant. 

Selon un article de Africa Intelligence, publié le 29/05.20, sitôt la liste publiée, Maurice a mandaté le cabinet de lobbying Avisa Partners pour 100 000 euros par mois afin de blanchir sa réputation  

Rappelons que la liste publiée en mai n'est d'ailleurs pas définitive et doit être validée en octobre 2020.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.