Economie

[Exclusif] Alerte rouille orangée : la canne à sucre mauricienne menacée

Samedi 25 Août 2018

La rouille orangée fait des ravages dans les cannes à Maurice. Source : Bulletin de Santé du Végétal (BSV).


Ce sont les autorités réunionnaises qui ont tiré la sonnette d'alarme et l'affaire semble être prise très au sérieux. 

En effet, sévissant à l’île Maurice, la rouille orangée de la canne à sucre n’est pas encore présente à La Réunion. Mais la menace de ce champignon sur la filière péi est réelle.

Appelée Puccinia kuehnii, elle est arrivée récemment sur l’île Maurice où elle s’est disséminée rapidement avec des conséquences graves et elle fait des ravages sur les parcelles.

Le champignon s’incruste sur la face inférieure des feuilles et freine fortement le développement de la plante. Le rendement est directement diminué.

Cependant, sur la centaine de parcelles vérifiées par la Fédération départementale des groupement de défense contre les organismes nuisibles (Fdgdon) de La Réunion, aucune trace n’a été constatée.

Les autorités réunionnaises craignent malgré tout de voir arriver ce champignon à la Réunion.  Les planteurs eux aussi redoutent les dégâts que pourrait causer cette maladie sur la variété qui représente plus de 50 % de la production, comme l’indique Frédéric Vienne, planteur de cannes et président de la Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) à la Réunion.
"Plus de la moitié des champs sont plantés avec la variété R570. Très rustique et solide, elle date des années 80 et est très appréciée des planteurs de cannes. Il serait dommage de la perdre au profit d’autres variétés."

Si le champignon n’a pas encore été détecté à La Réunion, la rouille orangée de la canne à sucre préoccupe en raison des dégâts qu’elle provoque.
"Maurice est très proche et ce champignon, sous forme de poudre, peut être très facilement disséminé par le vent et la pluie. Il aime aussi l’humidité qui favorise sa germination." selon Janice Minatchy, responsable du Laboratoire clinique du végétal Fdgdon Réunion.

Appel à la vigilance

Afin d’éviter ou tout au moins de retarder son arrivée dans les champs réunionnais, la Chambre d’Agriculture, la Fdgdon, la Direction de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Daaf) et le Cirad appellent les planteurs à la plus grande vigilance. 

En cas d’observation des symptômes de rouille, il est impératif de les signaler afin que des analyses soient effectuées en laboratoire. L’unique moyen de traiter cette rouille orangée est de détruire les feuilles infectées.

Le Cirad dit être en contact étroit avec les équipes mauriciennes qui affirment que des nuages de spores de P. kuehnii sont observés et véhiculés par le vent.

En cette période de forts alizés, il est à craindre que la dissémination du champignon prenne de l'ampleur.

Puccinia kuehnii est un phytopathogène responsable de la maladie de la rouille orange chez la canne à sucre . La rouille orangée a été découverte en Inde en 1914, mais le premier cas d'énormes dégâts économiques sur la canne à sucre a été enregistré en Australie en 2001.

Le premier cas aux États-Unis a été repéré en 2007 en Floride qui a été jusqu'à présent le seul État aux États-Unis où la canne à sucre a été affectée par ce type de rouille.

Afin de traiter la canne à sucre infectée, au moins trois types de fongicides doivent être appliqués sur la plante, ce qui coûte 40 millions de dollars par an aux producteurs.

Actuellement, des scientifiques du service de recherche agricole analysent génétiquement le champignon responsable de la rouille orange afin de lutter contre le problème.

 

Rédigé par E. Moris le Samedi 25 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.