Menu



Environnement

[En image] Catastrophe écologique en cours à Pointe d'Esny


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Août 2020

Le Wakashio, un bateau battant pavillon panaméen avec 20 membres d’équipage, s’est échoué, samedi soir 25 juillet, à 3 kilomètres de la plage de Pointe d’Esny dans le Sud.



Alain Donat, directeur des affaires maritimes, a confirmé que du carburant s’échappe du vraquier qui s’est échoué sur les récifs à Pointe d’Esny. 

Outre quelques taches noires en mer, il y a une forte odeur qui irrite les narines jusque sur la côte. En même temps, il semble que d’autres parties du navire (cales) ont été volontairement inondées afin que le MV Wakashio s’immobilise sur les fonds marins.

Rappelons que face à la presse hier,  le Director of Shipping, Alain Donat avait déclaré que la partie du MV Wakashio touche déjà le fond marin. Ce qui fait que le vraquier ne pourra couler davantage. L'eau s’est infiltrée dans la cale 9 et comme la cloison séparant cette cale et la salle des machines a été perforée, l’eau a recouvert les machines et jusqu’aux générateurs, qui ne peuvent donc plus être utilisés pour produire de l’électricité. 

​Les salvors ont tenté d’utiliser le générateur de secours, mais celui-ci était défectueux. Les démarches ont été entreprises pour faire venir un générateur par avion. 

Le MV Wakashio compte neuf cales et la salle des machines.

Alain Donat a expliqué que les 5 premières sont intactes. Cependant, l’eau de mer s’est infiltrée dans les cales 7, 8 et 9. Les salvors, a-t-il souligné, ont décidé d’inonder la cale 6 également afin de stabiliser le bateau. C’est ce qui explique, selon lui, que toute une partie du navire est assise au fond de la mer. « Le navire ne peut couler plus loin », affirme-t-il. 

Pour Alain Donat, l’opération de renflouage devient plus complexe. Les experts, dont les 5 Japonais qui sont à bord du MV Wakashio, devront modifier leurs plans.




[En image] Catastrophe écologique en cours à Pointe d'Esny

Jeudi 6 Août 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.