Menu


Société

En cette période de crise, les vacances parlementaires sont considérées comme une insulte par la population


Rédigé par E. Moris le Jeudi 3 Septembre 2020



Samedi 29 août 2020, des dizaines de milliers de Mauriciens ont exprimé leur ras-le-bol après la marée noire et les graves conséquences écologiques et économiques, dans les rues de la capitale. 

Une marche à l'initiative du travailleur social, Bruneau Laurette qui a rencontré un franc succès en rassemblant tous les Mauriciens et la diaspora éparpillée à travers le monde. Plus largement, les manifestants ont aussi dénoncé la corruption, les inégalités sociales, la mainmise sur le pouvoir de certaines familles et un régime perçu comme de plus en plus autoritaire.

Le sentiment que le pays coule comme le Wakashio avec des répercussions à longs termes.

Dans cette ambiance gueule de bois, où le pays se retrouve sur la liste noire de l'Union Européenne, les frontières fermées en raison de la pandémie de la Covid-19 et une économie à genoux, le chef du gouvernement a fermé le parlement jusqu'au mois de novembre.

Récemment élu, esseulé par un électorat qui ne veut plus de lui face à une mauvaise gestion des affaires de l'état, la tactique délibérée de Pravind Jugnauth envoie un mauvais signal pour des relations apaisées. Les parlementaires rappelons le, ont eu droit à des congés forcés de près de 3 mois avec la période de confinement. Ces deux mois de vacances payés aux frais des contribuables sont considérés comme une insulte par les Mauriciens. Ils sont très nombreux à se retrouver au chômage ou ayant des difficultés à rembourser leurs emprunts. La colère de la rue enfle et le gouvernement se retrouve déconnecter des préoccupations du peuple.

La prochaine séance parlementaire est prévue pour le mardi 3 novembre, sachant que les vacances de fin d’année se feront dans la foulée comme une lettre à la poste. 

Rappelons qu'entre le 24 janvier et le 28 août, uniquement 31 séances parlementaires ont eu lieu avec neuf questions parlementaires et 21 Parliamentary Questions (PQs). A lundi, 195 questions sont restées sans réponse. 



 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.