Menu

Société

Dr Rajah Madhewoo savoure sa victoire et dit avoir l’impression d’avoir décroché le prix Nobel


Rédigé par E. Moris le Vendredi 23 Juillet 2021



C’est un homme heureux, entouré de ses deux avocats, qui était face à la presse ce matin. Rajah Madhewoo a obtenu une grande victoire devant le Comité des droits humains de l’ONU dans son combat contre la carte d’identité biométrique. 

Cette instance est arrivée à la conclusion que la façon dont les empreintes sont sauvegardées sur la carte d’identité biométrique à Maurice porte atteinte à la vie privée des citoyens.  Elle estime aussi qu’il n’y a pas suffisamment de garanties que les empreintes digitales et autres données biométriques contenues sur la carte soient correctement protégées. Le comité est d’accord avec le Dr Madhewoo qu’il est possible de copier les données biométriques figurant sur une carte d’identité en cas de vol en utilisant une Radio Frequency Identification en vente libre. 

Dans sa décision, le comité donne 180 jours à l’État mauricien de rectifier le tir, c’est-à-dire de trouver une solution pour le Dr Madhewoo. Ce dernier, ce matin, a déclaré qu’il a l’impression d’avoir « obtenu le prix Nobel ». Il a souligné que cette décision ne concerne pas Maurice uniquement mais aussi tous les pays de la planète. Le Dr Madhewoo savoure sa victoire. « J’ai été ridiculisé par la cour suprême de Maurice. Le Privy Council de Londres ne m’a pas donné gain de cause alors que la Grande-Bretagne n’utilise pas la carte d’identité biométrique », a-t-il déclaré. 

Et d’ajouter que dans ce combat, il a eu à dépenser plus de Rs 1,4 million. « De plus, j’ai subi des pression, notamment de la part de l’Attorney General Maneesh Gobin pour payer les frais du gouvernement. Le gouvernement doit aujourd’hui trouver une façon de rembourser l’argent que j’ai dépensé », a-t-il insisté.

Vendredi 23 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.