Politique

Dossier Zinfos Moris : Koomaren Chetty, l'acteur en politique

Mercredi 20 Juin 2018

Les enfants de la République font la Une et pas souvent pour de bonnes raisons au grand dam des parents. Entre mauvaises attitudes et caprices d'enfants gâtés, les personnalités politiques se retrouvent bien malgré elles face aux critiques de l'opinion publique et embarasse la classe politique.


Prabhaganen Saminada Chetty, étudiant en anthropologie et des sciences sociales est le fils de Koomaren Chetty, ancien candidat du MSM à Belle-Rose/Quatre-Bornes (No 18) et propriétaire du restaurant Le Capitaine à Grand-Baie. Il se retrouve parmi trois suspects en détention pour le délit éventuel de trafic de drogue. Ses complices présumés sont Saravanen Magon alias Vellen et Dhillane Jacques Désiré tous résidant à Grand-Baie. Prabhaganen Chetty semble de nouveau déraper malgré quelques sérieuses mise en garde de son père.
"Cette affaire très grave concerne le fils et pas le père et il ne faudrait pas la politiser nous laisse-t-on entendre."
 
Le colis contenait 50 grammes d’Ectsasy sous forme de crystal. Confronté à ces preuves accablantes pour un délit sous le Dangerous Drugs Act, un des suspects a balancé les noms de deux autres complices, dont le fils de cet ex candidat MSM lors des dernières élections générales et qui a rejoint par la suite le PMSD. L’enquête de police se poursuit avec l’interrogatoire des suspects en vue de leur comparution devant le tribunal de Port-Louis.
 

Koomaren Chetty : Un acteur en politique
 
On parle beaucoup de Koomaren Chetty dans les media comme le nouveau poulain des bleus si ce n'est comme l'arrivée de l'homme providentiel. Des articles bien ficelés qui démontre que monsieur Chetty connait les rouages d'une communication bien huilée. Ce nouveau transfuge est un familier des gens de la presse.
"Ancien patron de presse, il côtoie aisément ses anciens "employés" lors des conférences de presse ou dans le milieu politique."

Ce qui lui donne un avantage et quelques cartes en main. Proche de  ministre Nando Bodha. Proche d'une ex journaliste à l'Express, Deepa Bkhookhun Rainer, très active sur les réseaux sociaux. Notre homme sait se rendre populaire dans certains milieux. Pour la petite histoire, Koomaren Chetty était camarade de classe avec Hassan Rojoa au collège Royal de Port-Louis.
 
Si tout le monde connaît le businessman qui a réussit dans la restauration et des bungalows. On semble oublier qu'il a joué dans le film "Mon père ce héros" aux côtés  de Gérard Depardieu. Il a tenu un petit personnage mais un personnage de cinéma quand même.
 
Koomaren Chetty patron de presse
 

En 2002, Koomaren Chetty s'improvise propriétaire de l'Hebdo avec un autre mauricien établit au Canada. Ils recrutent Viswa Mootoorcurpen comme rédacteur en chef et Harish Chundunsing comme directeur d’informations.
 Chundusingh n'est pas un novice de la presse. Ancien rédacteur en chef de l'Express puis rédacteur en chef adjoint du Matinal de 2004 à 2007. Aujourd'hui il est un des directeurs de l'hôtel Oberoi. Proche de Ramgoolam et partenaire en affaires avec Rakesh Gooljoory et Madame Soornack.
 
Dans la fine équipe rédactionnelle de l'Hebdo, il y avait un certain Rudy Veeramundar, le "super conseiller" de notre Premier ministre actuelle, qui était le journaliste vedette. Également Alain Eid et Rajen Bablee. Rajen Bablee, actuel directeur de Transparency Mauritius et premier journaliste mauricien à avoir eu le CNN Award pour avoir révélé l'affaire Boskalis. Pour mieux comprendre certaines connections, Rajen Bablee était enquêteur dans le passé à l'ICAC en même temps que Maneesh Gobin qui était conseiller juridique à l'ICAC.
 
Entré en cours de route pour soutenir l'Hebdo, Koomaren saigne le journal. Dégouté  par la tournure des évènements, le propriétaire lui cède gratuitement le journal en 2005. Koomaren revendra son journal à Ehshan Kodarbux, patron du groupe Défimedia pour huit millions de roupies.
 
En 2006, les lobbyistes du projet CT power poussent le promoteur à investir dans un journal afin de militer pour l’utilisation du charbon. Vishwa Mootoocurpen refuse de travailler avec Koomaren Chetty. Et pour cause un différend sur le partage du butin les opposent ( la vente de l'Hebdo). Le refus de Mootoocurpen propulse Rudy Veeramundar à l’avant-scène.  Ce dernier va bâtir sa « réputation »  avec des révélations dans «  l’affaire Manrakhan » et avec la complicité de l’actuel Chief Whip du gouvernement et ancien Chef du département légale de l'ICAC : Maneesh Gobin.
 
Poovanam Chetty, l'épouse de Koomaren Chetty, directrice de Contact Press Ltd avait été un des premiers cadres a être recruté par CT power mauritius Ltd.
 
C’est Mariappa Subramayam, promoteur de CT power qui pousse Koomaren Chetty et Menon Murday à se joindre au MSM. C’est aussi lui qui a financé la campagne de Chetty en 2014 au n°18.
 
 

Chetty était propriétaire également du journal  "JAUNE", qui avait comme rédacteur en chef : Nadarajen Pillay. Il finançait Samedi Plus et Info Maurice.
 
Si la réputation de son restaurant à Grand-Baie dans sa ville natale n'est plus à faire. Il avait aussi une société de production de films d'animation à Chennai en Inde.
 
Lors de la campagne de 2014, Ramgoolam avait révélé qu'un candidat Lepep était PERSONA NON GRATA en Inde pour avoir été proche du leader des Tigres tamouls du Sri Lanka.
"Un des mouvements de guérilla et de terrorisme les plus redoutables et organisés au monde. Il faisait référence à Chetty."

C'est d'ailleurs une des raisons pourquoi Koomaren Chetty n'a jamais eu d'investiture travailliste malgré le fait d'avoir insisté durant des années auprès de Ramgoolam et utilisé son et ses journaux comme l'Hebdo ou Samedi Plus.
 
Koomaren Chetty est très proche du milieu des kovils. Il a son propre kovil à Grand-Baie. Il était secrétaire de la fédération des temples tamouls de la Mauritius Tamil Temple Federation (MTTF). Et aussi secrétaire de la Mauritius Football Association (MFA), CEO de Landscope Mauritius, dont il a claqué la porte et de BPML.
 
Que vient faire un Koomaren Chetty au PMSD ?
 

La famille Chetty, originaire de Grand-Baie, a toujours été proche de Gaëtan Duval. C'est une famille bleue à la base.
 
Proche du MSM avant 2014. Candidat battu au no18 par Ramano ( Romano ex MMM puis mouvement patriotique de la bande à Ganoo et maire de Quatre-Bornes).
 Ramalingum Maistry ayant quitté le PMSD en tant que président du parti. Un boulevard s'ouvre pour Chetty. Une belle jauge et aubaine pour le PMSD.
 
Ceux qui viennent vous dire que la partielle n°18 n'est pas communautaire vous raconte des bêtises !

Rédigé par E. Moris le Mercredi 20 Juin 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.