Menu



Société

Disparition inquiétante de Zouberr Joomaye et Catherine Gaud du NCC


Rédigé par E. Moris le Dimanche 11 Avril 2021

Tout comme le Premier ministre qui se planque, confiné à Angus Road, les deux conseillers du National Communication Committee ne donnent plus signe de vie.



La semaine a été rude pour le Dr Gaud, les dirigeants de la Government Medical and Dental Officers Association ont fait servir une mise en demeure à la doctoresse estimant que n'étant pas enregistrée comme médecin auprès Medical Council à Maurice et n’étant que conseillère au bureau du Premier ministre et au ministère de la Santé, cela ne lui donne pas le droit de critiquer le personnel hospitalier à Maurice. Encore moins de le sanctionner. Ils réclament des excuses publiques...

Des soi-disant experts en communication incapable d'expliquer l’absence de réanimateurs, de patient zéro, de machines à séquencer les variants, des enveloppes se chiffrant en millions de roupies qui se sont évaporées dans les poches de quelques gros zozos bien placés en période de confinement, des patients positifs à la Covid-19 mais qui sont décédés de "facteurs secondaires" à la Covid....
 
A écouter le Dr Catherine Gaud, une Réunionnaise venue arrondir ses fins de mois de retraitée en faisant des piges pour le gouvernement mauricien, les premiers cas seraient apparus sur des produits surgelés. Le Covid aurait ainsi survécu au froid, au voyage, et qu’il aurait contaminé une famille. Ce qui ne se serait vu nulle part ailleurs au monde !

L'entrepreneur Zouberr Joomaye propulsé récemment à la tête de la Vaccination Commitee mauricien, il y a un an, en tant que porte-parole du National Communication Committee avait déclaré el 1er avril 2020, en répondant à une question de la presse, l'arrogance qui le caractérise, que l’hôpital de Souillac dispose de 12 « ventillators », dont deux qui sont actuellement utilisés. « Une importante commande de matériels est attendue de Chine, en termes de matériel de réanimation, nous sommes prêts à faire face à n’importe quelle situation », avait assuré Zouberr Joomaye. Ou est passé cette importante commande de matériels ? Mettons ceci sur le compte d'un poisson d'avril ! Tout comme les millions de roupies jetés par les fenêtres concernant les appareils de Pack & Blisters. 

Pourquoi avoir besoin de respiratoires artificiels quand on a du panadol ?

Les personnes contaminées par la Covid-19 mais ne présentant aucun symptôme sont traitées avec du paracétamol en cas de maux de tête. C’est ce qu’avait indiqué le Dr Catherine Gaud le 27 mars 2021. A Maurice, du paracétamol est administré pour les patients asymptomatiques. Les patients qui souffrent de problèmes respiratoires sont traités avec des anticoagulants. Selon le Dr Gaud, « Il y a beaucoup de gens qui ont guéri ».

Improvisations, approximations, dire tout et son contraire, peu importe, le comité santé balance les chiffres et chacun est dans un jeu de rôles. Zouberr Joomaye, le pseudo porte-parole, qui se fait porter pâle depuis quelques jours ainsi que le Dr Gaud, une "experte" en la matière, enjolive la situation, jonglant avec des mots scientifiques tout en minimisant les choses....Il n'y a pas de "variants" à Maurice mais des "souches". L'apparition de la Covid-19 est considérée comme une simple "vaguelette"...alors qu'il y a eu dix décès. Le pompon c'est d'avoir repris le verbatim du président français Emmanuel Macron, pour évoquer la "guerre" en temps de "paix". Là encore un flop total !

Avouez qu'avec de tels talents, il faut vite les retrouver pour la séance d'hypnose quotidienne !

Dimanche 11 Avril 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 11/04/2021 21:07
d accord avec vous sur tout
sauf sur le mot guerre ! ns sommes en guerre !
si vs appelez notre vie une vie de paix !! eh bien.................... !!!

2.Posté par Caro le 12/04/2021 07:12
Et les vaccins surfacturés alors qu'ils disent les recevoir gratos!! C est glauque et ça ressemble bien au meme coup que les respirateurs de blak et blister! Quelle honte!
BLD

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.