Politique

Des plaintes en diffamations à la pelle qui finissent à la poubelle

Jeudi 27 Septembre 2018

Des pertes de temps et d'argent dans le judiciaire alors que tout peu se régler à l'amiable ! Voici comment on pourrait résumer ces plaintes en diffamation qui ne cessent de pleuvoir en obstruant les cours de justice. Après la version Réza Uteem vs Roubina Jadoo-Jaunbocus, Duval vs Soodhun, enter Mohamed fils contre Jugnauth père.


C'est ce jeudi 27 septembre que le procès au civil intenté par le député travailliste Shakeel Mohamed à sir Anerood Jugnauth (SAJ) pour diffamation a été appelé devant le Master and Registrar de la Cour suprême.

Shakeel Mohamed réclamait des dommages de Rs 20 millions au ministre mentor pour atteinte à sa réputation. Il estime que SAJ avait insinué qu’il serait mêlé au triple meurtre de la rue Gorah-Issac, Port-Louis, en 1996. 

Lors d’un rassemblement politique à Roche-Bois, le 18 avril 2012, le leader du MMM, Paul Bérenger avait cité le nom de Shakeel Mohamed , en précisant que SAJ lui avait confié que l’enquête dans l'affaire Gorah-Issac pourrait être rouverte.
 
Shakeel Mohamed avait aussi poursuivi Paul Bérenger. Ce dernier avait été mis hors de cause après avoir présenté ses excuses à l’ex-ministre du Travail.

Le ministre mentor a présenté ses excuses au député rouge devant la juge Gaitree Jugessur-Manna ce jeudi. 

Me Yousuf Mohamed, le père : « Mon fils a intenté ce procès au ministre mentor non pas pour une question d’argent, mais pour une question d’honneur». 

Shakeel Mohamed : « J’ai accepté les regrets exprimés par sir Anerood Jugnauth (SAJ) publiquement en Cour. Mo finn pran so laze en konsidérasion. Mo vreman pa envie kontinié  avec cette affaire. Paul Bérenger m’avait déjà présenté ses excuses. Aujourd’hui, SAJ s’est présenté en Cour personnellement. Il a exprimé ses regrets pour les propos qu'il a tenus. Pour moi, les choses ont été rétablies et la justice a prévalu. Mo kontan ki tous les dé finn aksepte et zot finn exprime zot regret »

 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 27 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.