Menu



Société

Des défis de taille pour le contrôle des populations de chiens errants à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Dimanche 17 Janvier 2021



C’est un problème qui perdure depuis des années: des chiens de compagnie laissés à eux-mêmes et d’autres partiellement sauvages errent au cœur des petites communautés qui essaiment les régions de l'île et, occasionnellement, sont la cause d’accidents.

Les attaques par une meute de ces chiens errants ne sont pas rares et peuvent être mortelles. Ces animaux peuvent devenir agressifs quand la nourriture vient à manquer.

L’euthanasie sélective est devenue une option de moins en moins acceptée au cours des dernières années. Donc, pour s’attaquer à ce sérieux problème, des programmes de stérilisation sont menés par des bénévoles qui, volontairement, font des tournées des régions, là où les services vétérinaires sont trop souvent inexistants.

De son côté la Mauritius Society for Animal Welfare (MSAW) ne capturera plus les chiens errants à partir de ce lundi, 18 janvier, bien que dans des régions stratégiques telles qu’à l’aéroport, au port, aux alentours des hôpitaux et des établissements scolaires, la pratique continuera.

En effet, un grand nombre de chiens vivent en liberté. Or ils représentent un risque non négligeable pour la santé et le bien-être des animaux, mais aussi pour la santé et le bien-être publics. De nombreux agents pathogènes sont ainsi hébergés, transportés et transmis à d’autres animaux et à l’homme via ces chiens errants. Les maladies qui se propagent par cette voie vont des troubles bénins à des affections chroniques sévères (par exemple l’échinococcose), voire mortelles (comme la rage). En outre, les chiens errants sont souvent impliqués dans des accidents de la route. 

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) reconnaît la nécessité d’un contrôle des populations de chiens errants et a publié des recommandations pour la prévention des zoonoses dans ce contexte. Mais globalement, la gestion de ces chiens reste limitée.


 

Dimanche 17 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.