Menu


Faits Divers

Décès du petit Ayaan 2 ans : la doctoresse Nesha Soobhug implique le policier


Rédigé par E. Moris le Mercredi 18 Novembre 2020



Elle soutient que c’est à la demande du policier qu’elle a décidé d’examiner la dépouille de l’enfant et de donner un certificat de cause de décès. Dans ses explications à la MCIT, la doctoresse Nesha Soobhug explique qu’elle a reçu un appel téléphonique d’une personne qui s’est présentée comme un policier qui travaille à l’hôpital Nehru. 

Son interlocuteur lui a demandé de venir à l’établissement vendredi soir. Au téléphone, souligne-t-elle, le policier lui a dit qu’il avait besoin de lui pour signer un certificat pour certifier la cause d’un décès. La doctoresse dit s’être rendue sur place et a rédigé le document en question, qu’elle a remis aux proches du défunt. Pour la MCIT, il s’agit d’un faux certificat, c’est-à-dire d’un document de complaisance. 

La doctoresse aussi explique que la mère et le beau-père donnaient l’impression d’être dans une détresse extrême. Surtout qu’ils voulaient procéder à l’enterrement le plus vite possible. La doctoresse dit avoir vérifié les documents, surtout la carte d’hôpital de l’enfant. Elle soutient avoir été convaincue par la version des parents, soit qu’il s’est étouffé en mangeant du briani et qu’il s’est blessé en tombant d’une bicyclette.

À aucun moment, a-t-elle indiqué, elle n’a soupçonné un acte malveillant. Et Nesha Soobhug de souligner qu’elle n’a pas examiné le corps du défunt car celui-ci se trouvait dans un drap. 

Rappelons que la doctoresse Nesha Soobhug a tout intérêt à évoquer la négligence où elle aura une tape sur les doigts. Si la complicité est prouvée, elle risque la radiation en tant que médecin.



1.Posté par mouinlapa le 21/11/2020 12:46
trafic voui c'est sur , pov ti zenfan , parents zindignes va gagné monaie avec ses organes... ou bien sa li cache mauvais traitements ayant engendré sa mort ??..

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.