Menu

Société

Chagos: Maneesh Gobin adresse un avertissement à une entreprise britannique de pièces de monnaie


Rédigé par E. Moris le Lundi 14 Février 2022



Les Dieux sont tombés sur la tête ! Le Part time Attorney general et ministre de l'Agriculture mène son chemin de bataille pour la cause chagossienne d'une drôle de manière.

Selon le journal The Guardian, voila qu'un directeur d'une entreprise britannique produisant des pièces de monnaie sur le thème des poissons tropicaux pour le territoire britannique de l'océan Indien (BIOT) est menacé de poursuites par le gouvernement mauricien.

Alors qu'en ce moment, une délégation est aux Chagos pour une étude "scientifique", afin l’archipel des Chagos, une entreprise familiale Pobjoy Mint, basée à Kingswood, à Surrey, en Angleterre est dans le collimateur de Gobin. Il a reçu une lettre officielle de l’Attorney General, indiquant qu'il violait le droit international en fabriquant la monnaie sans l'autorisation légale adéquate.

Les pièces colorées, datées de 2021, représentent des espèces aquatiques indigènes et portent l’effigie de la reine sur l'avers. Elles ont la reconnaissance légale sur le BIOT et sont frappées sous licence du gouvernement britannique. L'une des pièces de ‘50 pence’ représente un poisson-anémone des Chagos orange et blanc, tel que popularisé dans le film Finding Nemo.

La lettre de l’Attorney General mauricien rappelle que « l'émission de monnaie est un exercice des droits souverains ». En agissant ainsi pour le compte de BIOT, le ministère des Finances britannique « participe à une violation grave du droit international » et enfreint le code pénal mauricien.

Les peines maximales pour une telle infraction à Maurice sont des amendes pouvant aller jusqu'à 5 millions de roupies (84 000 £) et une peine de prison « ne dépassant pas 10 ans ».

Lundi 14 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.