Menu

Politique

Carburants : le PM pense à la taxe de Rs 2


Rédigé par E. Moris le Mardi 9 Août 2022

Hier, le Premier ministre a participé au coup d’envoi de la campagne pour la deuxième dose de rappel. C’était au Sir Harilal Vaghjee Hall, à l’Assemblée nationale.



C’est déjà bien qu’il y pense ! Le Premier ministre a été interrogé sur la taxe de Rs 2 sur les carburants pour l’achat de vaccins. La réponse est encourageante pour les automobilistes. Pravind Jugnauth a déclaré que la suppression de cette taxe est quelque chose à laquelle il réfléchit. Mais attention, il a précisé que c’est encore au stade de réflexion.

« Évidemment, il va falloir en discuter », a-t-il précisé. Rappelons que Pravind Jugnauth participait hier au coup d’envoi de la campagne pour la deuxième dose de rappel contre la Covid-19. Il a lui-même fait la quatrième dose, précisant qu’il s’agissait du vaccin Pfizer. Pour retourner sur la taxe de Rs 2, il a déclaré qu’il n’y a pas de commandes pour d’autres vaccins, mais l’argent est utilisé pour acheter d’autres équipements ou appareils médicaux qui nous aideront à faire face à la Covid-19 ou même au Monkeypox. La taxe de Rs 2 est là pour durer !

N’attendez pas qu’il soit trop tard, affirme Jugnauth

Pravind Jugnauth a insisté sur l’importance de se faire vacciner. « C’est gratuit. C’est disponible. N’attendez pas qu’il soit trop tard ! C’est-à-dire que vous vous retrouvez dans une situation où vous pouvez regretter de ne pas l’avoir fait. Ne prenez aucun risque », a-t-il déclaré. Le Premier ministre a souligné que malgré l’administration de la deuxième ‘booster dose’, une totale immunité ne peut être obtenir. « 100% d’immunité est impossible à atteindre. Mais les données scientifiques montrent que nous avons tout de même une grande protection par rapport à la Covid-19 », a-t-il ajouté.

Mardi 9 Août 2022


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 09/08/2022 17:13
Il touche des royalties sur chaque dose injectée dans le sang.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.