Menu

Société

CEB : le casse-tête de la hausse des tarifs


Rédigé par E. Moris le Mercredi 13 Avril 2022



Une chose est sûre, le Central Electricity Board va demander à ce que les tarifs d’électricité augmentent. Ses techniciens travaillent déjà sur le dossier en question.

Autre certitude aussi : le gouvernement estime qu’une hausse de tarifs est indispensable. Mais est-ce que le Conseil des ministres va s’aligner sur le quantum demandé par le CEB ? C’est la véritable question. C’est pourquoi au CEB, organisme paralysé par la mauvaise gestion et la corruption il faut le préciser, l’on réfléchit à toutes sortes d’option. En tout cas, la mission c’est d’atténuer au maximum le quantum pour les ménages.

De ce fait, il se chuchote que seuls les gros consommateurs pourraient être frappés. C’est la seule façon de faire avaler la pilule au gouvernement. De plus, ce sont les commerces qui risquent d’être le plus durement frappé. Le CEB, dit-on, aurait vu ses réserves fondre comme neige au soleil en raison de la Covid-19, la hausse des prix des carburants et désormais l’invasion de l’Ukraine par la Russie. En tout cas, le timing aussi est étudié de près. La hausse pourrait intervenir lorsque l’hiver se fera sentir. Car il y a une baisse au niveau de la demande, étant donné que les climatiseurs restent éteints, tout comme les ventilateurs. Sans oublier que les frigos travaillent moins. Tout cela fait que la facture du consommateur baisse sensiblement en hiver. Donc, une hausse des tarifs se ferait moins sentir. En tout cas, l’on parle d’une échelle variant entre 10 et 30%. Rappelons que le CEB, selon ce qui se chuchote, aurait enregistré une baisse de 67 % de ses revenus.

Mercredi 13 Avril 2022


1.Posté par Caffreman le 13/04/2022 17:44
"Seuls les gros consommateurs pourraient être frappés."

Comme ci les gros consommateurs (La plupart sont des commerçants) ne vont pas répercuter cette hausse aux petits mauriciens...
Ce sera le petit pauvre qui payera plus comme d'habitude.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.