Menu

Opinion

[Billet d'humeur] Sawmynaden, le "bezer cash", s'accroche à son poste de député


Rédigé par E. Moris le Dimanche 16 Octobre 2022



Dans une entreprise privée, il y a bien longtemps que Sawmynaden aurait pris la porte pour insubordination et abandon de poste. Mais l'ancien ministre du Commerce, est toujours en "congé" politique et aussi en vacances parlementaires depuis trois mois. A l'heure, où il est demandé à tout un chacun de faire des efforts et de se "serrer" la ceinture, d'autres profitent éhontément des privilèges de la République.

Collé aux basques du Premier ministre, qui a "foul konfians" en lui, cet adepte des temples en tout genre, trimballe des casseroles qui ont marqué les esprits. Il s'en fout du rapport du Public Accounts Committee (PAC), qui a pourtant remis en évidence, l'implication de l'ancien ministre du Commerce. Sans que son nom ne soit cité, il est au centre de la première partie du rapport du Public Accounts Committee. On y apprend que Yogida Sawmynaden revenait du High Level Committee et donnait des instructions que ses officiers exécutaient. Cela, sans le moindre document à l’appui !

Le rapport accablant de l'enquête judiciaire dans l'affaire Sawmynaden ? Il s'en fiche ! 

Dans plusieurs cas, les officiers ont dit avoir reçu des instructions. Plusieurs questions se posent. Comment est-ce que le High Level Committee peut siéger et prendre des décisions concernant l’argent public sans procès-verbaux. Dans quel monde vit-on ? Va-t-on nous faire croire que l’urgence était telle qu’il n’y avait personne pour prendre des notes ? 

Rappelons que c'est un contrat de nettoyage de la State Trading Corporation (STC) qui tombait sous la tutelle du ministère du Commerce de Yogida Sawmynaden qui a fait surface dans l’affaire Kistnen. L’agent du MSM aurait participé à un appel d'offres avec la promesse de toucher de l'argent, jusqu'à qu'il se rend compte d'avoir été berné et de vouloir tout dénoncer. En retour, Soopramanien Kistnen a trouvé la mort dans des circonstances troublantes. Depuis, c'est une véritable boîte de Pandore. Les révélations en cour ont aussi démontré les failles du système et la corruption qui sévit dans chaque organisme d'Etat.

Ailleurs alors que les chefs du gouvernement se séparent les uns après les autres de leur ministre, à Maurice c'est tout un système qui bénéficie de la complicité du haut de la pyramide du pouvoir. Le bien commun et les besoins de la population sont des finalités accessoires qui ne méritent leur attention que lorsqu’elles sont au service de leur priorité: accroître leur fortune et conserver les rênes de l’État.

Dimanche 16 Octobre 2022