Menu



Société

[Billet d'humeur] Climat de délation, lynchage publique et irresponsabilité de la presse


Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Mars 2021

En temps d’épidémie, l’isolement et la psychose sont mauvaises conseillères…



Depuis l’apparition du nouveau Coronavirus Covid-19, l'île Maurice de nouveau confinée est dans une gestion d’une crise sanitaire sans précédent. Des mesures exceptionnelles ont été prises pour faciliter le dépistage et accueillir les patients.

La valse des chiffres et de nouvelles mesures

L’épidémie Covid-19 constitue un défi pour la santé publique et l’organisation des soins. Pour les autorités face aux cas autochtones, il faut en même temps soigner, faire circuler l’information et chercher les personnes de l'entourage proche.

A Maurice, nous assistons à l'escalade de la bêtise sur les réseaux sociaux et à une véritable chasse aux sorcières.

L'année dernière c'était l'acharnement injustifiée sur le présumé "patient zéro". Il fallait bien trouver un coupable pour assouvir la colère et de désarroi des Mauriciens, qui découvrait l'épidémie. Sous le prétexte fallacieux de protéger la population, des petits malins n'avaient rien trouver de mieux que de porter connaissance au public, le nom des personnes contaminées, au nom de l'intérêt public. Mieux, surtout lorsque ces noms sont jetés en pâture, avec l'aval du ministère de la Santé qui a pourtant l'obligation de respecter le secret médical.

Des familles devenues "ennemis publics"

Maurice est un des seuls pays où sévit l'épidémie, où les noms et photos sont rendus publics avec la bénédiction des autorités. Ceux-là même prêts à dégainer "fake news" à la moindre information capitale qui ne va pas dans le sens de la communication gouvernementale.

Le nom des personnes testée positives au coronavirus font le tour des réseaux sociaux, avec la complicité imbécile d'une partie de la presse à la recherche du "scoop" et du témoignage "exclusif".

Après avoir nommé le cluster à Forest-Side et de Curepipe au nom de deux familles, ce qui est contraire à la déontologie médicale, l'heure, rappelons-le, n'est pas de créer un climat de délation. Auriez-vous supporter de voir vos noms affichés et stigmatisés dans les médias uniquement parce que vous êtes un patient atteint d'une maladie? Ont-ils fait le choix de tomber malade dans un pays supposément "Covid-Safe"? Dans quel pays voit-on ce genre de choses si ce n'est dans les régimes totalitaires?

Le Covid-19 nous révèle ainsi une autre maladie grave qui affecte Maurice, la violence intrinsèque d’un régime avec la nomination de toubibs portant la casquette de "conseillers" et propulsés au sein d'un comité ayant tout "pouvoir", à la population sous surveillance, massivement confinée dans plusieurs grandes villes, livrée à l’angoisse et la paranoïa face à une épidémie dont elle ne connait que ce que la propagande officielle veut lui raconter, devant obéir à toutes les décisions prises sans doute justement mais autoritairement (confinement, omniprésence de la police et l’armée, etc)

… sans une opinion publique bien informée des avancées d’une maladie par des médias libres, préparée au jour le jour, apprenant où sont les foyers d’infection en toute transparence, avertie en temps réel des lieux de passage de « patients zéro »…

… sans la capacité de critiquer les erreurs faites par les autorités, de contre-informer avec des témoignages éclairants et des expertises…

Il n'y a rien de pire en temps de solidarité, que de diviser un pays. C'est une chose qui échappe encore à ce gouvernement !
 

Jeudi 25 Mars 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 26/03/2021 16:43
" irresponsabilité de la presse"
a priori tous les medias locaux y compris vous
vs etes PLANTéS sur soodhun !!
certes ca vient d une "maladresse" de ganoo chauffeur chef du tramway
mais il y a eu dementis OFFICIELS !!!
alors faites un mea culpa
et continuez !! je suis un renyonnais "coincé ici et ami d e pierrot zinfo974

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.