Menu



Politique

Bérenger : « Nou pou mars lors dife à partir 1er octobre »


Rédigé par E. Moris le Samedi 25 Septembre 2021



Il n’a pas fait dans la dentelle. Pour Paul Bérenger, après la réouverture des frontières, le pays pourrait traverser une grave crise sanitaire. Il était face à la presse ce matin, aux côtés des autres dirigeants de l’entente de L’Espoir. 

Paul Bérenger a pris l’exemple des Seychelles. Il a expliqué que ce pays, comme Maurice, a rouvert ses frontières pour relancer l’industrie touristique. Il a rappelé que les Seychelles ont vu le nombre de cas de contamination et le nombre de décès être multipliés par 10 après la réouverture de frontières. Il a aussi précisé que les Seychelles, après la réouverture, a ciblés de nouveaux marchés alors que Maurice cible ses marchés traditionnels. 

Ce qui se passe habituellement après une réouverture des frontières fait dire à Paul Bérenger que le pays « pu marse lors difé à partir du 1er octobre ». Il a indiqué que c’est le devoir du gouvernement en premier lieu, mais aussi de la population de prendre les précautions qui s’imposent. 

Et Paul Bérenger de déplorer que la campagne de vaccination cale. Évoquant le vaccin Pfizer, dont Maurice a obtenu une première cargaison, il a demandé qu’il soit réservé aux catégories les plus vulnérables, c’est-à-dire les personnes âgées, mais aussi les femmes enceintes. 

Paul Bérenger a aussi adressé une mise en garde contre le Dr Laurent Musango, représentant de l’OMS à Maurice. Il a demandé à ce dernier de faire attention à ses propos. Il a rappelé un incident récent où le Dr Musango avait dû « s’excuser » pour avoir dit ses propos sur l’opposition. Il a accusé le Dr Musango, cette fois, d’avoir dit que Maurice « fait bien » concernant la gestion de la situation sanitaire, alors que le pays vient d’être inscrit sur « la pire des 4 listes rouges » par les États-Unis.

Samedi 25 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.