Menu


Politique

Atma Bumma quitte le Mouvement Patriotique pour "réfléchir" à son avenir politique


Rédigé par E. Moris le Dimanche 19 Juillet 2020

Le candidat battu de l'Alliance nationale, à Moka/Quartier militaire (N° 8), aux dernières législatives, se libère de ses anciens colistiers politiques, avant de prendre une décision sur son avenir politique.



Atma Bumma a démissionné comme secrétaire général du Mouvement Patriotique (MP), hier, samedi 18 juillet. Le Mouvement Patriotique, pour rappel, avait été lancé par des dissidents du MMM.

Dans sa lettre adressée au président du parti, Jean-Claude Barbier, Atma Bumma observe que « la plupart des dirigeants qui ont créé ce parti sont ministres ou au pouvoir » alors que l'autre groupe est « en morceaux et dans l’opposition », écrit-il dans sa lettre de démission.

Atma Bumma estime que  le départ du MMM  « n’était pas le fruit d’une réflexion, mais le résultat des égos blessés ». Il affirme que «plusieurs membres du BN (Bureau Nationale) ont souhaité une réconciliation avec l’équipe de Ganoo».

Soulignons que, le Mouvement Patriotique, avait été scindé en deux clans lors des dernières législatives. Alan Ganoo, aujourd'hui ministre du Transport et du Light Rail, qui s'était jointe à l'Alliance Morisien et, l'ex-député du MMM, Jean-Claude Barbier. Celle-ci faisait partie de l'Alliance Nationale en compagnie du PTr et du PMSD.

Atma Bumma ne veut rien à voir affaire avec la pétition électorale du candidat travailliste contestant l’élection de Pravind Jugnauth, Yogida Sawmynaden et Leela Devi Dookun-Luchoomun dans la circonscription no 8.

« Je ne veux être associé à cette affaire », a déclaré le dirigeant du Mouvement patriotique. Il a indiqué, dès le 18 février 2020, qu’il n’a pas été consulté par son colistier avant que ce dernier n’entame sa démarche. 



 

 



1.Posté par Karo le 20/07/2020 16:04
Ces migrants peuvent meme revenir en inde si ils veulent!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.