Menu

Société

Anomalies au no 19 : les interrogatoires commencent bientôt


Rédigé par E. Moris le Dimanche 6 Février 2022



Photo illustration
Photo illustration
La police a embrayé la machine. Suite aux anomalies notées lors du recount partiel dans la circonscription no 19, et surtout l’appel public lancé par le commissaire électoral, la police a décidé de passer à la vitesse supérieure.

Ainsi, plusieurs officiers du bureau du commissaire électoral, de la commission électorale et les fonctionnaires ayant agi comme returning officers au no 19 seront bientôt interrogés par le CCID. Rappelons que trois grosses anomalies ont été notées lors du recount.

Primo, il manquait 73 bulletins de vote. Deuxio, un bulletin de vote de la circonscription numéro 1 a été retrouvé parmi les bulletins de la circonscription numéro 19. Tertio, deux bulletins de vote ne portant pas le sceau de la commission électorale ont été retrouvés dans deux différentes salles de comptage.

Certes, le commissaire électoral a animé un point de presse mardi soir après le recount. Mais le plus comique dans l’histoire, c’est qu’il n’a abordé qu’un seul aspect. C’est-à-dire celui du maintien de la hiérarchie, soit Ivan Collendavelloo troisième et Jenny Adebiro quatrième.

73 bulletins se sont évaporés, et alors ? Ce ne semble pas être son problème. Deux bulletins ne portant pas le sceau de son bureau ? And so what ? Il a simplement déclaré que le bulletin qui émane de la circonscription no 1 est « un intrus ». Sur ce point, et ce point seulement, il a demandé une enquête de la police. Pour le reste, il semble qu’Irfan Rahman s’en fout royalement. Qu’importe, du moment qu’Ivan Collendavelloo reste troisième et Jenny Adebiro quatrième !

Dimanche 6 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.