Politique

Affaire Medpoint : Pravind Jugnauth récompense sa garde rapprochée

Lundi 5 Novembre 2018

Si il y a bien une chose que les hommes politiques savent faire une fois installés au pouvoir, c'est de s'y accrocher le plus longtemps possible tout en installant leurs proches. Quand le cercle rapproché fini par trouver quelques fauteuils, on offre dans une générosité sans égale aux amis et tous ceux qui ont été d'un soutien indéfectible lors des épreuves.


L'entrée de Pravind Jugnauth en politique fut assez poussif avec un paternel très charismatique. Ministre souvent effacé voir timide, son ascension comme Premier ministre est entaché par l'affaire Medpoint.

Une affaire judiciaire qui a mobilisé du monde, beaucoup de monde. Ils sont nombreux à avoir été aux côtés de Pravind Jugnauth. Et le moins qu'on puisse dire, il sait être reconnaissant. On n'ose imaginer si il gagne sa bataille judiciaire l'année prochaine...

Maya Hannomanjee, Roubina Jadoo-Jaunbocus, Raouf Gulbul, Roshi Badhain, Shamila Sonah-Ori, Girish Nunkoo et encore récemment Saya Ragavoodoo ont eu droit à des nominations qui ne se refusent rarement.

La plus flagrante est la nomination de Maya Hanoomanjee actuellement présidente de l’Assemblée nationale. Elle occupait comme fonction le ministère de la Santé à l'époque de l'affaire Medpoint. Maya Hanoomanjee est également la cousine de Lady Sarojini Jugnauth.

Roubina Jadoo-Jaunbocus, une nomination comme ministre de l’Égalité du genre qui a fait sourciller plus d'un. Elle fait partie de la garde rapprochée du Premier ministre lors de ses déboires judiciaires. Inquiétée par la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien chef juge Paul Lam Shang Leen pour ses nombreuses visites en prison, elle finira par démissionner.

Raouf Gulbul fait partie du panel d'avocats de Pravind Jugnauth dans l'affaire Medpoint. Il a eu droit à une nomination de comme président de la Gambling Regulatory Authority (GRA) et de la Law Reform Commission (LRC). Des instances où il a dû démissionner à la suite du rapport de la commission de drogue.

Homme de loi de Pravind Jugnauth, Roshi Badhain a été nommé comme ministre des Services financiers et de la bonne gouvernance avant de claquer la porte en créant des élections partielles au numéro 18. Celui qui souhaitait ériger un Heritage City avec l'effet pschiit qu'on connait, avait "brillé" avec un excès de zèle au démantèlement de l'empire BAI. Chose dont il se dédouane benoîtement aujourd'hui. Il a reçu la plus haute distinction de la République : Grand Commander of the Star and Key of the Indian Ocean (GCSK). Roshi Bhadain a reçu cette distinction « pour sa contribution dans le domaine légal, financier, et la politique et le social ».

Si Shamila Sona-Ori avait été évoquée pour faire partie du board de l’Electoral Supervisory Commission, sa nomination n’a pu se faire à la suite des contestations de l’opposition. Elle a préféré décliner la proposition.

Saya Ragavoodoo, l'avouée de Pravind Jugnauth, plus jeune et ambitieuse, préfère aller au casse pipe, quitte à trimbaler des regards suspicieux à son encontre dans un board qui semble déjà trop grand.

Girish Nunkoo, a quant à lui, été nommé ambassadeur de Maurice en Angleterre.

Dans un contexte aussi vicié politiquement, on est loin de la méritocratie tant proclamer lors des promesses électorales de 2014.

 

Rédigé par E. Moris le Lundi 5 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.