Menu

Politique

Affaire Kistnen: L'authenticité du rapport de la cour de Moka remis en cause par le gouvernement


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Octobre 2022



Le feu brûle dans Lakwisin pour le premier jour de la rentrée parlementaire. Hier, mardi 18 octobre, les ministres Bobby Hurreeram, Maneesh Gobin et Joe Lesjongard étaient face à la presse après la première partie de la séance parlementaire particulièrement houleuse entre le leader de l'opposition Xavier-Luc Duval et le Premier ministre Pravind Jugnauth.

Voulant gagner du temps, cette fois-ci c'est l'authenticité du rapport de la cour de Moka sur la mort de l'ex-agent du MSM, Soopramanien Kistnen qui est remis en cause. Après le Premier ministre, Hurreeram, Lesjongard et Gobin ont réussi l'exploit de se ridiculiser une nouvelle fois. Ils s'interrogent, si l’opposition tente de cacher le vrai coupable dans l’affaire Kistnen. Selon eux, cette affaire n’est qu’une histoire montée par l’opposition pour marquer des points. Hurreeram égal à lui-même a déclaré : «Atraver sa kalité dezord la, eski pe esay kasiet vre koupab ? Pou zot gain politik, pe sey atas sa ek nou kamarad Sawmynaden?»

Pour Lesjongard, Pravind Jugnauth a assumé ses responsabilités en donnant des informations nécessaires sur l’enquête. 

 

Mercredi 19 Octobre 2022


1.Posté par Chatwa le 19/10/2022 13:38
Guette sa 3 ploucs la ène coûte, dé la tête bol ek ène Gogottebin. Tous les 3 banne experts en droit.
Zotte koné si sa bezer cash Yogida KK tombé, zotte tous pu grainé kouma zamalacs kom nou Frère Kistnen ine dire. Sa mem zotte pé invente tou kalité kouionades pu sey noyer le poisson.
Mé nous banne mauriciens nou pa kouillons, nou kompren tout. Bisin ki zotte arret pran zotte pu nu supérieurs parseki zotte pu bisin rande konte la zistis. Kuma monne déjà dire, passerelle ente zotte ministeres ek Alcatraz li bien courte. Repose zotte bien après zotte pou bisin bourre brite.

2.Posté par Caro le 19/10/2022 15:00
Les pieds nickelés étaient 3…… comme ces 3 guignols

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.