Menu

Société

Accusé de trafic de drogue, Bruneau Laurette devra retourner en cour de Moka demain


Rédigé par E. Moris le Mercredi 7 Décembre 2022



Les débats concernant la motion de remise en liberté de Bruneau Laurette se poursuivront demain à 13 heures. Ils ont commencé tôt ce mercredi. Toutefois, ils ont duré plusieurs heures. Cela, en raison de nombreuses objections soulevées par la poursuite concernant la façon de Shakeel Mohamed d'interroger le surintendant Rajaram. 

Après 15 heures, ce mercredi, la magistrate Jade Ngan Chai King a décidé de mettre fin à l’audience. Les débats reprendront donc demain, jeudi. Toutefois, la magistrate a ordonné que Bruneau Laurette soit reconduit à Alcatraz, soit en cellule policière, où il passera la nuit. 

Rappelons que la poursuite est représentée par Principal State Counsel Roshan Varma Santokhee. Quant à Bruneau Laurette, il est défendu par Me Shakeel Mohamed et Rouben Mooroongapillay, entre autres. Le surintendant Rajaram a été appelé à la barre des témoins. Il a annoncé que la police objectait à la remise en liberté de l’activiste car il pourrait prendre la fuite, interférer avec des témoins et manipuler des preuves. 

Donc les débats sur la demande de remise en liberté sous caution reprendront à 13 heures demain. Cependant, la magistrate Jade Ngan a ordonné que Bruneau Laurette soit détenu en cellule jusqu’au 18 décembre prochain, date de sa comparution dans le cadre de la  motion de radiation des charges déposée par ses avocats. Mais ce qui ressort de l'audience d'aujourd'hui, c'est qu'aucune trace d'ADN ni d'empreinte de Bruneau Laurette n'a été retrouvée sur les colis de drogue saisis chez lui. C'est ce que le surintendant Rajaram a déclaré en cour ce mercredi.

Mercredi 7 Décembre 2022


1.Posté par Damnatio memoriae le 07/12/2022 20:25
Quel crétin.
Il a fait comme tous les politiciens connus, penser être au-dessus des lois, faire un trafic de drogue mais bim...trop nouveau dans le circuit déjà très concurrentiel.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.