Menu

Société

A l'île Maurice, obligation de déclarer son appartenance religieuse dans le cadre du recensement


Rédigé par E. Moris le Mercredi 30 Mars 2022



C'est un pays d'Afrique qui ne ce cesse de reculer en terme de liberté. 10 ans après le dernier recensement de 2011, un nouvel exercice sera effectué à partir du19 juin jusqu’au 1er août 2022.

A une question parlementaire du député du MMM, Reza Uteem, le ministre des Finances, Renganaden Padayachy a déclaré lors de l’Assemblée nationale que les Mauriciens ne seront pas appelés à déclarer leur communauté, mais comme dans les précédents recensements, les Mauriciens seront appelés à déclarer leur appartenance religieuse.

Rappelons qu'ailleurs, la pratique des recensements religieux qui permettraient, à partir d'une méthodologie scientifique, la collecte de données faisant apparaître une opinion religieuse, de publier sous le timbre d'une institution publique une estimation fiable du nombre de personnes déclarant se rattacher à un culte est abolie. 

Cette position résulte davantage d'une approche nationale, inspirée de la laïcité, selon laquelle l'État reste indifférent aux cultes. Toutefois, elle ne découle d'aucune exigence constitutionnelle liée au principe de laïcité. La liberté d'opinion qui comprend la liberté religieuse, garantie par l'article 10 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789 n'empêcherait pas un système déclaratif, reposant sur un libre rattachement d'un culte, incluant la possibilité pour la personne interrogée de ne pas choisir de culte.

Mercredi 30 Mars 2022


1.Posté par Varoon le 30/03/2022 19:19
Comme toujours, il n'y a rien à critiquer mais zinfos moris trouve toujours le moyen de le faire.

Le recensement religieux est légal à Maurice, comme au Royaume Uni, les Etats Unis, l'Inde etc. Rien d'extraordinaire. Alors quel rapport avec les libertés qui reculent?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.