Menu


Faits Divers

À Cité Anoska, le malheur ne frappe jamais une seule fois


Rédigé par E. Moris le Mercredi 1 Juillet 2020



C’est ce qu’on appelle le comble de l’ironie ! Richard Cliff Perrine, principal suspect du viol d’une fillette de 3 ans, est l’oncle d’Éleana Gentil, la fille de 11 ans violée et tuée en 2015.

Sa mère est bouleversée par tout ce qui arrive ! Dans les médias, elle a expliqué qu’elle ne veut pas croire que son fils ait pu commettre un tel acte.

Rappel des faits

Un homme aurait commis l'impensable à Cité Anoushka, dans la soirée du dimanche 28 juin, une enfant de trois ans a été victime de viol. Prise en charge, elle a été admise à l’hôpital de Rose-Belle pour une intervention chirurgicale dans la soirée. 
   
Un suspect a été identifié, il a été inculpé provisoirement de « causing a child to be sexually abused » devant le tribunal de Curepipe. La police a refusé sa demande de remise en liberté sous caution. Richard Cliff Perrine, un proche de la famille, reste en cellule même s'il nie les faits. Richard Cliff Perrine connaît bien la victime. Sa compagne et la mère de la fillette sont amies.

Le violeur présumé n’est pas un inconnu des services de police, ayant déjà eu affaire à elle dans le passé. Tout laisse croire qu’il était sous l’influence de l’alcool lorsqu’il a agressé sexuellement la fillette de 3 ans. 

Un malheur n'arrivant jamais seul, la demi-sœur de la fillette de 3 ans, victime d’un viol dimanche, soutient avoir, elle-aussi, été victime d’abus sexuels. Il s'agit de Jean-Marc Perrine qui n’est autre que le cousin de Richard Cliff Perrine.

Âgée de 9 ans, elle a indiqué dans une plainte au poste de police de Curepipe, en présence d’un officier de la Child Developement Unit, qu’un homme se serait livré à des attouchements sur elle il y a deux semaines. Sa mère se trouvait alors dans une fête.

Les autres enfants de la mère, soit deux filles de 9 et 12 ans et un garçon de 6 ans, sont tous sous la garde de la Child Development Unit.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.