Menu


Politique

"Zako" : Joanna Bérenger donne la réplique à Kalpana Koonjoo-Shah


Rédigé par E. Moris le Mercredi 5 Août 2020

C'est sur les réseaux sociaux que Joanna Bérenger, députée mauve, s'est exprimée à la suite de la vulgaire campagne communale dont elle a fait l'objet de la part des membres de la majorité mais aussi du Premier ministre et de la ministre de l'Egalité des genres.



"J'aimerai bien que la ministre Kalpana Koonjoo-Shah vienne nous dire où est ce qu'il est écrit dans le Hansard que j'ai traité les membres du gouvernement de 'Zako.' Sinon c'est un mensonge de plus a rajouter à la liste.

Et qu'est ce que le Premier Ministre va dire concernant cet extrait du Hansard datant de 2012? Faisait-il référence aux esclaves comme il l'a mentionné dans sa déclaration vendredi dernier?

Quand Pravind Jugnauth utilisait le terme "zako" au Parlement

Et qu'est ce que tous ces backbenchers, PPS, nouveaux et nouvelles député(e)s pensent de l'utilisation de ce mot par leur gourou? Après avoir dévié les débats de la motion de blâme sur le speaker pour faire mon procès en m'attribuant le statut de 'colon' et amener ainsi une dangereuse campagne communale basée sur ce mot, ne vous sentez-vous pas un peu ridicule? 

Les "Pom-pom girls" du MSM : "Totalement faux, c'est Joanna Bérenger qui a utilisé des propos dégradants"

Vous faîtes honte et vous êtes un danger pour l'harmonie sociale et la démocratie de notre pays. Que cette polémique s'arrête désormais et que les débats puissent enfin être recentrés sur ceux qui ont besoin de protection et sur les enjeux d'intérêts nationaux!

Qu'en est-il de toutes ces familles qui dorment sous des tentes? Des enfants victimes d'agressions sexuelles chaque jour? Des travailleurs en train d'être licenciés? De notre liberté d'expression qui est menacée? De la fourniture d'eau systématiquement interrompue?  Etc...

Nous n'avons pas de temps à perdre, notre pays va mal! "

Extrait du Hansard
Extrait du Hansard


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.