Menu

Société

Zahid Nazurally, le Deputy Speaker de l’Assemblée nationale : « Sehri li droit tout detenu»


Rédigé par E. Moris le Jeudi 14 Avril 2022



Zahid Nazurally, Deputy Speaker de l’Assemblée nationale, semble sentir le vent souffler fort, très fort. Ou alors a-t-il une conscience spirituelle qui lui dicte la voix de la raison, en cette période de ramadan.

L'élu au numéro 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est) sous la bannière Muvman liberater (ML), n'a pas osé dénoncer avec fermeté l'oppression policière sous le règne de Pravind Jugnauth, mais a fait un rappel de la loi. "Sehri li droit tout detenu. Respect tout pratique religieux svp. Constitution garantie freedom of religion. Maurice arc en ciel."

Une déclaration accueillie tièdement sur sa page officielle aux 13 000 abonnés. Les internautes et ses mandants laissant entendre que les actes valent mille paroles, lui conseillant tout simplement de démissionner et de ne pas cautionner les dérives gouvernementales. Qui sait si les nuits du Ramadan seront de bons conseils à cet élu de la République. A suivre.

Rappelons que Nazim Gurib, président du conseil de village de Plaine-Magnien, a passé une nuit en détention policière, pour outrage contre une autorité, tout comme ses trois autres camarades. Il a par la suite recouvré la liberté conditionnelle contre une caution, hier. Conduit au poste de police de Rivière- des-Anguilles dans des conditions sanitaires déplorables, Nazim Gurib a raconté sa détention, alors qu’il observait le jeûne du ramadan. Alors qu’il réclamait un peu de nourriture, expliquant qu’il devait observer le jeûne, il s’est heurté à un refus. Il s’est contenté de biscuits et d'une bouteille d’eau qu’il avait avec lui. Un de ses amis, venu lui apporter son repas du matin (sehri), n’a pas été autorisé à le faire. 

Jeudi 14 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.