Menu



Société

Yatin Varma : « La pratik de la polis ki al gramatin, 01h30 di matin, pran Rama vinn kazern. Li inakseptab »


Rédigé par E. Moris le Lundi 17 Mai 2021

Le président du Bar Council Yatin Varma condamne fermement l'arrestation de Rama Valayden aux petites heures du matin. Dans son communiqué, le Bar Council ne trouve aucune urgence dans l’interpellation de Rama Valayden au milieu de la nuit à son domicile. « La police aurait pu l’appeler pour un rendez-vous durant des heures de bureau ».



Yatin Varma : « La pratik de la polis ki al gramatin, 01h30 di matin, pran Rama vinn kazern. Li inakseptab »
En état d'arrestation, l’avocat Rama Valayden a été autorisé à quitter les Casernes centrales aux alentours de 9h10 ce lundi 17 mai. Il est représenté par un panel d’avocats, composé, entre autres, de Me Sanjeev Teeluckdharry , Me Anoop Goodary et Roshi BAdhain.

Interpellé à son domicile à 2 heures du matin ce lundi, il a été embarqué pour être interrogé à la suite d'une manifestation pacifique qui a eu lieu hier, dimanche pour la cause palestinienne. Selon la police, les règles sanitaires, notamment la distanciation sociale, n’ont pas été respectées lors de ce rassemblement.

A sa sortie des bureaux du CCID, son épouse Taslima qui se tenait à ses côtés a fait un malaise et conduite à l’hôpital Jeetoo en compagnie de son époux et de ses proches.

Plusieurs personnes se sont rendues à l'hôpital en guise de soutien à Me Rama Valayden, notamment Yatin Varma, président du Bar Council, qui a tenu à réagir : « La pratik de la polis ki al gramatin, 01h30 di matin, pran Rama vinn kazern. Li inakseptab ». 

Me Yatin Varma affirme que la police aurait pu appeler Me Rama Valayden après la manifestation d’hier pour lui demandant de venir aux Casernes centrales pour une enquête. 

Un communiqué du Bar Council a été émis ce midi, au sujet de l’interpellation de Me Valayden de même que celle de Me Mungroo. 


Lundi 17 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.