Faits Divers

Yash Boygah réclame à son tour un Protection Order contre Sandhya Boygah, son épouse

Jeudi 25 Octobre 2018

L'affaire avait grand bruit et semble ne plus prendre fin entre rebondissement, révélation, témoignage et plainte...


C'est au tour de Yash Boygah, l’époux de la  Private Parliamentary Secretary (PPS), Sandhya Boygah, de faire une demande pour obtenir un Protection Order contre son épouse.

Yash Boygah allègue être victime de maltraitance et ce serait rendu le mercredi 24 octobre au bureau de la Family Protection Unit. 

Pour rappel, une plainte a été déposée au poste de police de Rose-Hill lundi 24 septembre par la Parliamentary Private Secretary (PPS) Sandhya Boygah qui a porté plainte contre son mari pour violence conjugale. Elle aurait d'ailleurs fait une demande de Protection Ordercontre son époux, Yashodhar Boygah, ainsi qu’une demande de Occupational Order.   

Selon son témoignage, une violente dispute a éclaté entre eux dimanche 23 septembre, à leur domicile à Quatre-Bornes, concernant sa voiture.  

Selon Sandhya Boygah, cela fait plusieurs années que son couple rencontre des problèmes conjugaux.  

En  2011, elle avait fait une demande de Protection Order et en août dernier, elle avait porté plainte contre lui au Central CID pour violence conjugale.  

L’époux de Sandhya Boygah s'etait défendu et avait accusé la PPS de l’avoir frappé en déposant, à son tour, une plainte aux Casernes centrales le mercredi 26 septembre. 

La députée avait par la suite retiré sa plainte.

Lire également:

https://www.zinfos-moris.com/Violence-conjugale-Apres-une-plainte-de-son-epoux-la-PPS-Sandhya-Boygah-fait-marche-arriere_a1578.html

https://www.zinfos-moris.com/Violence-conjugale-La-deputee-Sandhya-Boygah-porte-plainte-contre-son-mari_a1507.html


 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 25 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.