Menu


Société

Y a-t-il un marché noir pour l’oignon et la pomme de terre ?


Rédigé par E. Moris le Mardi 7 Avril 2020



C’est ce qu’a déclaré le représentant de l’Association des petits planteurs sur une radio mardi matin. Kreepalloo Sunghoon soutient que de par sa gestion de la crise sanitaire, le gouvernement a brisé la chaîne de distribution depuis la culture jusqu’au consommateur.

De ce fait, a-t-il déclaré, les planteurs se retrouvent avec des légumes qu’ils ne peuvent écouler et certains consommateurs n’arrivent à en trouver et sont désespérés.

Mais le pire, a indiqué Kreepalloo Sunghoon, c’est que’il y a un marché noir pour l’oignon et la pomme de terre. Ces deux produits sont importés par l’Agricultural Marketing Board qui les vend, actuellement, aux grossistes qui les distribuent aux grandes et petites surfaces.

Kreepalloo Sunghoon rappelle que tous les commerces n’ont pas le droit de vendre des légumes.

Seuls ceux qui peuvent les empaqueter en ont le droit. Mais le représentant des petits planteurs allègue que des personnes qui n’ont jamais été dans ce secteur sont aujourd’hui en possession de pommes de terre et d’oignons qu’ils vendent à deux fois le prix normal dans certains cas. « Il y a un marché noir pour ces deux produits, considérés comme des denrées alimentaires de base à Maurice », a-t-il déclaré. Pour Kreepalloo Sunghoon, l’État devrait s’intéresser à ce trafic.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.