Politique

Xavier-Luc Duval insiste sur une fraude alléguée de Rs 450 M au SIFB

Mercredi 21 Novembre 2018

Le leader de l’opposition a dit se baser sur un rapport pour évoquer une fraude alléguée de Rs 450 millions au Sugar Insurance Fund Board. C’était lors de la tranche réservée à la Private Notice Question. Xavier-Luc Duval demandait au Premier ministre s’il était au courant qu’il y aurait eu manipulations de la part du Sugar Insurance Fund Board. Il indiquait, dans sa question, que cela concernait environ 1 600 petits planteurs.

Enfin, une autre partie de la Private Notice Question avait trait aux ajustements au niveau du compte de la Compagnie Sucrière de Bel-Ombre, privant ainsi leur compensation à 10 000 planteurs de cannes à sucre pour la récolte 2017. 

Déjà, c’est le ministre de l’Agro-industrie qui a répondu à la question et non le Premier ministre. Xavier-Luc Duval a insisté qu’il y a eu une fraude s’élevant a 450 millions de roupies.

À quoi Mahen Seeruttun a indiqué que conclure à une fraude était prématurée car il y a une enquête en cour au niveau de la Commission anticorruption. Mais le leader de l’opposition et, par la suite, Arvind Boolell ont indiqué que l’affaire était sérieuse et méritait de faire l’objet d’une commission d’enquête. Ce dont le ministre de l’Agro-industrie n’a évidemment pas agréée. 

Les échanges ont été vifs. Et à un moment, Arvin Boolell a alors lancé « go to hell »  à l’égard du camp de la majorité.

Le ministre Seeruttun a alors déploré l’utilisation d’un tel terme. La Speaker a dû intervenir pour persuader Arvin Boolell de retirer ses mots.

Mais le député travailliste, d’humeur taquine, a lancé « it was meant to anybody who wants to go to hell… » avant de rectifier : « If it pleases the honorable member to go to hell, please do so ». Mais il a finalement retiré ses propos.

Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.