Menu

Société

World Trade Center à Côte d’Or ou la folie des grandeurs


Rédigé par E. Moris le Mercredi 21 Juin 2023

Côte d’Or. Une circonscription pas comme les autres qui s'apparente à un royaume pour la magalomanie du petit prince du jour.



A chaque présentation du Budget, des annonces farfelues comme le projet de Côte-d’Or City, Côte-d’Or Industrial Park, création d’un «education hub»,  académie de football avec le soutien du club de Liverpool, Smart City, Palais des Arts et de la Culture, hippodrome...et bientôt un immeuble de 50 étages qui appartiendra à l'Etat mauricien dans 30 ans !

Affaires judiciaires ou déboires économiques, l'Etat se retrouve dans la tourmente : mauvaise gestion, affaires douteuses, manque de clairvoyance, mauvais management...

A chaque fois que les membres de l'opposition réclament la transparence pour éviter de nouveaux déboires, à chaque fois, Pravind Jugnauth a clamé prendre des décisions dans l'intérêt supérieur du pays, sans atteindre toutefois les objectifs qu'il s'était fixés. Pourtant le manque de transparence est souvent à l'origine de la débâcle du gouvernement.

Les pouvoirs publics ont du mal à évaluer le risque financier, tant l'opacité règne

Le rapport de l'Audit comme chaque année pointe du doigt les gouffres financiers avec la participation et complicité de l'Etat. Le comportement du chef du gouvernement n'a pas changé. Lorsque le Premier ministre approuve une opération très mal "inspirée" par ses conseillers, la messe est dite créant de véritables petites bombes à retardement, dans cette culture du secret.

Combien de fois ne l'avons nous pas entendu se flatter de savoir gérer les fonds publics : « Sa kass fond public la, mo faire kuma dire li mo propre largent sa, mo bizin faire de sorte ki mo depense li bien ».  Sauf que depuis, pour lui prouver le contraire avec l'éléphant blanc du complexe multi-sport de Côte d’Or au coût de Rs 4,7 milliards, le Metro express ou encore Air Mauritius qui brade ses avions pour en racheter au prix fort, les caisses sont vides.

Dette publique qui avoisine les de Rs 420 milliards soit 65 % du PIB.

Le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth n'hésite pas à demander à tout le monde de faire des «sacrifices», mais continue de jeter l'argent des contribuables par la fenêtre, avec une mégalomanie qui frise l'indécence. Des projets d'infrastructure où aucune étude sur la rentabilité de l’exploitation n'est réalisée est légion. Après cette idée fixe de faire venir le Metro express dans sa circonscription, la nouvelle lubie du Mauritius Africa Fund, est un projet de construction d’un immeuble de 50 étages sur quatre hectares dans la circonscription du Premier ministre, à Côte-d’Or, avec la participation de Landscope qui financera les autres travaux d’infrastructures.

A l'heure où le télé travail devient la norme, c'est à se demander pourquoi un tel projet et pour qui ? 

Il aurait donné tout ce qu’il a – peut-être pas tout – pour être ailleurs qu’au Parlement mardi matin. Le ministre Sunil Bholah a eu la délicate mission de répondre à la Private Notice Question du leader de l’opposition portant sur la Mauritius Africa Fund Ltd et le fameux projet de World Trade Centre à Côte d’Or. En tant que suppléant aux Finances, il ne maîtrise évidemment pas le dossier. Padayachy en "mission" pour récupérer un de stupides prix pour flatter son égo à Londres, s'est fait la malle.

Sunil Bholah est passé pour un idiot durant la Private Notice Question. Ce qui n'est pas une révélation en soit. Mais il a tout de même révélé que le gouvernement a injecté Rs 184 millions en guise de capital, qu’au 31 mai, le montant total des subventions octroyées au Mauritius Africa Fund s’élevait à Rs 88,6 millions et que Rs 43 millions ont été payées en guise de rémunérations aux directeurs et aux membres du personnel. Enfin, pour ce qui est des dépenses pour les déplacements à l’extérieur, elles s’élèvent à Rs 3,5 millions.

Mais ce qui choque, pour obtenir le nom de "World Trade Center", l'état a déboursé Rs 15 millions pour les frais de consultants et Rs 12 millions aux Américains ! Une fumisterie sans nom.

Le risque que le futur « World Trade Center», au nom funeste, ne devienne un éléphant blanc, est tout même à prendre en compte. Quand on sait que le stade de Côte-d’Or est un immense gaspillage de fonds publics, maintenant on parle d’un immeuble de 50 étages.

 

Mercredi 21 Juin 2023


1.Posté par Ashr le 22/06/2023 12:45
Vous dite que la dette publique de l'île Maurice équivaut a 65 % de son PIB, Savez vous quelle est la dette publique de la France? Et quelle pourcentage par rapport à son PIB? C'est plus que 100%,!

2.Posté par Maurice de l Isle le 22/06/2023 13:18
1_ comment peut on donner un tel nom SANS se souvenir du WTC de New York ? un peu de RESPECT svp
2_ à par Ashr le 22/06/2023 12:45
que vient faire la France Ici ? occupons nous de l ex star and key reduite à un ilot du 1/3 monde par la grace de notre pinok
la France 115% ??? mais AA a moodys fitcher etc et 5eme puissance du monde
MOMO Bb----- mdr

3.Posté par Maurice de l Isle le 22/06/2023 13:23
à
2_ à par Ashr le 22/06/2023 12:45
et la France ET UE sont de genereux donnateurs a MOMO
remember MID .. l argent allait ds les poches des sinistres ministres...
maurice ile durable
heureusement la France ET UE ont stopped !!!
mais la France via Agence Francaise de Developpement a financer les installation s de desalement a Rodrigues la Francaise de Coeur .

4.Posté par Diane le 22/06/2023 14:17
Reponse a Ashr:
Vous considerez que la france est l'exemple a suivre sur le sujet de la dette public?
Et de toute les facon ne comparons pas ce qui n'est pas comparable, la france est un grand pays, qui en plus, fait parti de l'europe, Maurice est un petit pays qui doit se débrouiller seul.

5.Posté par Frigidaire le 23/06/2023 11:31
Il faut bien comprendre que la marque WORLD TRADE CENTER est maintenant obsolète et la seule chose qui permet de faire vivre la société gérant cette marque est les royalties engrangées par WTC. Les vérifications de capacité et de faisabilité ne sont pas l’apanage de WTC et des gogos de consultants.
Si le pays veut se faire plaisir pourquoi pas.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H