Menu

Société

Week-end de Pâques : Nuit de folie à Flic-en-Flac


Rédigé par E. Moris le Lundi 18 Avril 2022



Tradition pascale oblige, de nombreux Mauriciens se sont rendus à la plage dimanche…Et sans surprise, la soirée d'hier était très animée.

Alors que les pique-niques sont toujours interdits à la plage, cela n'a pas empêché les Mauriciens de vouloir faire la fête pour passer des bons moments. A Flic-en-Flac, la station balnéaire a été prise d'assaut par les fêtards. Entre la police et la musique, l'ambiance était chaude.

Rappelons que l'île Maurice est toujours en semi confinement. Si il faut apprendre à vivre avec, la pandémie s'est installée dans la durée sur cette petite île de l'océan indien. Alors qu'à l'étranger, les levées de restrictions sanitaires sont assouplies ou bannies, le gouvernement mauricien maintient des protocoles jugées archaïques. Seules les activités telles que la natation ou encore la marche sont permises, le port du masque sur la plage reste obligatoire, sauf lorsque vous allez nager. Et les pique-niques ne sont pas autorisés. Ceci concerne également la limitation de 50 personnes pour des rassemblements et dans les lieux de cultes, et la fermeture de boîtes de nuit.

​Rappelons que ceux qui enfreignent les lois risque des amendes, ou encore de voir la suspension de leurs permis d’opération, sauf les pêcheurs. A noter que des patrouilles policières veillent au grain du respect des consignes sanitaire. Toute personne qui enfreint la Quarantine Act risque une amende pouvant atteindre jusqu’à Rs 500 000 et une peine de prison allant jusqu’à cinq ans.

Crédit vidéo : Nitz S Bhujun


Lundi 18 Avril 2022


1.Posté par PETER KIPKA le 18/04/2022 10:31
Mais c'etait a prevoir que le peuple veuille vivre libre......la journee deja,aucune silhouette de Policier sur la plage......

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.