Menu



Société

Wakashio ou le radeau de la méduse


Rédigé par E. Moris le Jeudi 8 Octobre 2020



Il semble que tout a été mis en œuvre pour que le MV Wakashio s’échoue ce fameux 25 juillet.

Primo, le capitaine et l’équipage sont à la recherche d’un foutu réseau mobile et n’hésite pas à se rapprocher dangereusement des côtes. Secundo, le capitaine avait bu lors d’une fête d’anniversaire sur le navire ce jour-là. Tertio, le capitaine n’était pas sur le pont et même s’il savait que le navire se rapprochait des côtes mauriciennes, il communiquait avec son second par radio. Quarto, le Voyage Data Recorder n’a pas enregistré d’appels de la National Coast Guard avant l’échouage pour des raisons qui sont encore peu claires. 

Et à partir de mercredi, l’on apprend que le look-out officer avait été libéré de ses fonctions. C’est ce qu’a déclaré l’inspecteur Ramdhony devant la Bail and Remand Court ce jour-là. Il témoignait lors des débats sur la motion de remise en liberté sous caution de l’officier en second, Subodha Janendra Tilakaratna.

C’est quoi un look-out officer ? C’est un type qui est sur le pont et, sûrement à l’aide de jumelles, surveille si le bateau s’approche de quelque chose que les radars n’auraient pas détecté. Bref, c’est quelqu’un qui surveille pour avertir d’un danger. Comme son nom l’indique ! Dans les vieux films, le type était en haut sur le mât pour annoncer que la terre était en vue. Aujourd’hui, pas besoin de monter si haut. Sauf qu’une fois aux commandes, Subodha Janendra Tilakaratna, le second, avait libéré « le look out officer » de ses fonctions. Le MV Wakashio n’avait donc personne pour assurer la surveillance de visu. 

Tilakaratna a autorisé au look-out officer de participer à l’anniversaire d’un de ses collègues. De plus, l’inspecteur Ramdhony a souligné que le second, alors qu’il était aux commandes, a téléphoné à sa femme et son frère. S’ils voulaient faire échouer le Wakashio, le capitaine, le second et l’équipage ne se seraient pas pris autrement.

Les débats ont pris fin et la cour rendra sa décision le 22 octobre.

Jeudi 8 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.