Menu


Société

Wakashio : Un fond de Rs 25 millions pour le démantèlement de la section arrière


Rédigé par E. Moris le Mardi 25 Août 2020

Depuis hier, lundi 24 août, la proue du Wakashio a disparu dans le fond de l’océan, 3 180 mètres de profondeur. Une opération de sabordage initiée par les autorités.



Le vraquier échoué sur un récif de Pointe d'Esny depuis le 25 juillet, appartenant à un armateur japonais mais battant pavillon panaméen, voyageait à vide mais transportait 200 tonnes de diesel et 3.800 tonnes d'huile lourde.

Le Wakashio cassé en deux

Depuis cinq jours la Salvage Team a tiré la proue du navire à 13 milles nautiques de Maurice, soit environ 24 kilomètres à l’est de Vieux-Grand-Port. Par ailleurs, la poupe du Wakashio sur le récif de Pointe d’Esny ne contient plus du diesel. 

Le gouvernement mauricien a fait savoir au propriétaire du Wakashio que le navire doit disparaître de nos eaux avant la prochaine saison cyclonique.

L’armateur a été chargé d'achever dans un délai deux mois, le démantèlement de la section arrière du Wakashio, qui se trouve encore sur les récifs du lagon de Pointe d'Esny. Un appel d’offres a été lancé pour démanteler une masse d'environ 8 tonnes par le Special Casualty Representative et le Mauritius Research and Innovation Council (MRIC). Ceci dans le but d’accélérer la remise en état et la restauration de la flore et la faune mauricienne affectées par le déversement d’huiles lourdes causé par le vraquier panaméen. 

Le MRIC a alloué un fond de Rs 25 millions.

Chaque projet qui sera validé pourra être financé à hauteur de Rs 2 millions. Un groupe d'experts sera constitué afin d’évaluer les propositions et soumettront leurs recommandations pour la sélection des projets. Les ONGs, les entreprises, les institutions privées et publiques, les académiciens ainsi que les institutions de recherches sont ainsi invités à soumettre leur proposition de projet


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.