Menu



Justice

Wakashio : L’inspecteur Nundlall reconnaît une erreur humaine


Rédigé par E. Moris le Mercredi 12 Janvier 2022



Les travaux de la Court of Investigation sur le naufrage du MV Wakashio ont repris hier matin. L’inspecteur Mahendra Nundlall, de la National Coast Guard, a déposé devant l’ancien Puisne Judge Abdurrafeek Hamuth, assisté de Jean Mario Geneviève, Marine Engineer et Marine Surveyor, et de Johnny Lam Kai Leung, Marine Surveyor.

La grande surprise, c’est qu’il a reconnu qu’il a dû y avoir une « erreur humaine ». Le drame, c’est qu’il a pris tout ce temps pour arriver à cette conclusion. Mais passons ! L’inspecteur Nundlall était responsable de l’Operations Room de la NCG. Deux autres officiers étaient de service. L’un, Ujoodah, qui devait surveiller le radar et l’autre, Abacoushna, qui faisait d’autres tâches.

L’inspecteur Nundlall a ajouté qu’il devait préparer un rapport pour le commandant Manu. Vers 19h10, le fameux 25 juillet 2020, l’officier Ujoodah l’a informé qu’un navire rôdait à 6 milles nautiques du pays. Selon Nundlall, le constable Ujoodah lui a dit qu’il avait déjà appelé le poste de Pointe-du-Diable pour demander aux officiers d’entrer en contact avec le navire. Il a indiqué que c’est assez courant.

Puis, vers 20 heures, l’officier Ujoodah l’a informé que le navire est à 1, 5 mille nautique de Pointe d’Esny. Là, il a pris l’affaire au sérieux et a demandé à Ujoodah et Abacoushna d’entrer en contact avec les postes de Blue Bay et de Mahébourg et de demander aux officiers d’entrer en contact avec le navire. À cette heure là, il était visiblement déjà trop tard. Pour Nundlall, s’il y avait une surveillance plus attentive du navire, la situation aurait été différente.

Mercredi 12 Janvier 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.