Menu

International

Voyage aux Chagos : le Royaume-Uni accuse Maurice de faire un « coup politique »


Rédigé par E. Moris le Jeudi 10 Février 2022



@ Andrew Harding
@ Andrew Harding
Le gouvernement britannique a dénoncé une visite écologique de l'île Maurice dans les îles Chagos, revendiquées par Port Louis mais administrées par Londres, comme un coup politique visant à faire valoir sa souveraineté.

Mardi, le navire Bleu de Nîmes a mis le cap sur l'archipel de 58 îles de l'océan Indien pour ce que le Premier ministre mauricien, Pravind Jugnauth, a décrit comme une « étude scientifique » d'un récif partiellement immergé. Il a déclaré que cette expédition écologique serait un "pas concret" vers l'exercice par l'île Maurice de sa souveraineté sur ces îles.

Rappelons que les îles Chagos sont au centre d'un conflit qui dure depuis des décennies. En 2019, la Cour internationale de justice de La Haye a jugé à l'unanimité que le Royaume-Uni devait céder les îles à Maurice et la résolution a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies. Plus de 20 représentants du gouvernement mauricien, des scientifiques, des journalistes et des avocats feront le voyage de deux semaines vers l'île de Chagos.

« Il s'agit clairement d'une déclaration politique du gouvernement mauricien concernant ses revendications sur les Chagos et rien à voir avec la conservation », a déclaré Henry Smith, le député conservateur de Crawley. Cette région abrite la plus grande population chagossienne du Royaume-Uni. Et Henry Smith d’ajouter que le bilan de Maurice en matière de conservation « est abyssal ». « L'année dernière, un pétrolier a déversé plus de 1 000 tonnes de pétrole au large de l'île Maurice et le gouvernement a été très lent à agir », a-t-il déclaré.  Quant à l’ONG Chagossien Voices, il a déclaré qu’il s'agit d'une « expédition vaniteuse au coût obscène, menée sans consultation appropriée de la communauté chagossienne ».

Jeudi 10 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.