Menu

Société

Visite à Maurice de la Reine Elizabeth II : Le GIS de Kavish Pultoo occulte sciemment la présence de SSR


Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Septembre 2022



@ GIS Mauritius
@ GIS Mauritius
On pensait naïvement que personne ne pouvait faire pire que Rudy Veeramundar, ancien du patron du GIS ou les sbires de la MBC tels que les Ashok Beeharry ou encore un Anooj Ramsurrun en terme de traitement de l'information. Et pourtant. Il faudra aussi compter sur l’ancien journaliste de la MBC et petit protégé de Kailesh Jagutpal.

De présentateur donc, Kavish Pultoo était l’attaché de presse du ministre de la Santé. Et de là, il a sauté sur un trampoline pour atterrir à la direction du Government Information Service. Fait remarquable, lors de l'hommage à la reine Elizabeth décédée le jeudi 8 septembre, sur la page du GIS, organe de propagande gouvernementale, la présence de Sir Seewoosagur Ramgoolam, lors de la première visite d’un monarque régnant en mars 1972 à l'île Maurice qui venait d’accéder à l’indépendance a été sciemment effacée d'une gomme magique. Cette visite de trois jours, où la Reine Elizabeth II, en compagnie du Prince Philip, Duc d’Edinbourg, a lu son message au parlement lors de sa visite mars 1972, et où des centaines de milliers de mauriciens se sont massés le long des rues pour l'accueillir, on ne voit nulle trace de Sir Seewoosagur Ramgoolam, le Premier ministre de l’île Maurice à l'époque sur les 18 clichés.

Rappelons que parmi les accueillants se trouvait aussi M. Gaëtan Duval, le ministre des Affaires étrangères de l’île, et Lord-Maire de Port-Louis. Là aussi rien. Une insulte du GIS, organe financé par les contribuables mauriciens. La ligne rouge est franchie en voulant réécrire l'histoire et la mémoire de l'île Maurice au profit du régime au pouvoir.  

 

Crédit : GIS Mauritius


Samedi 10 Septembre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.