Menu


Faits Divers

Violence domestique à Henrietta : Un mari violent tué par un policier


Rédigé par E. Moris le Vendredi 3 Janvier 2020

La nouvelle a vite fait le tour de l'île dans la soirée de hier. Si les cas de violence domestique sont souvent rapportés dans les médias et son lot de drame, celui-ci a particulièrement fait réagir.



A Bord-Cascades, Henrietta, un père de famille de deux enfants, âgés de deux ans et d'un an respectivement, est devenu incontrôlable, s'en prenant violemment à son épouse, à leur domicile.

Bhavish Rosun, âgé de 22 ans, était sous l'influence de substances illicites selon la police. Il a agressé sa femme et ses enfants à coups de sabre, menaçant de s'en prendre à la vie de son épouse.

La situation aurait dégénéré à la suite d'une dispute familiale.

Mandé sur les lieux, à la suite d'un appel par les proches au Emergency Response Unit de la police, un policier qui s'est vu également menacé par l'homme, a tiré à bout portant avec son arme de service. La victime a reçu une balle dans l'abdomen. Bhavish Rosun a été transporté à l'hôpital où les médecins ont constaté son décès.

Son épouse, Sheena Rosun, son fils âgé de un an et un policier ont été blessés à coups de sabre. Ils ont reçu des soins à l'hôpital. L’état de santé du bébé de un an est jugé sérieux. Il est actuellement à l'unité des soins intensifs à l'hôpital Victoria.

Victime de violence conjugale.

Sheena Rosun a vécu un enfer. «C'est en sauvant ma vie et celle de mes enfants que le policier a ouvert le feu. Mo pa kav fer nanie sinon mwa ek mo zenfan ti pou perdi lavi» a t-elle confié.

Réactions du président de la Police Officers Solidarity Union (POSU).

L'inspecteur Jaylall Boojhawon, affirme que la POSU soutient le policier qui a tiré, sauvant ainsi des vies. Son courage est salué. « Les policiers sont armés non pas pour faire de la figuration, mais pour s'en servir quand les besoin se fait sentir. N'oublions pas qu'un enfant d'un an a été blessé et admis à l'unité des soins intensifs».

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.