Menu


Faits Divers

Violence dans des collèges : Un nouveau autre cas rapporté à la police


Rédigé par E. Moris le Vendredi 22 Février 2019

On ne sait pas si c'est un phénomène de mode ou une tendance de la jeunesse à vouloir faire le buzz sur les réseaux sociaux sous forme de "battle", mais de très nombreuses vidéos circulent.



Photo illustration.
Photo illustration.
Les scènes sont d'une violence inouïe et démontre que petit à petit c'est toute la société mauricienne qui est entrain de perdre pied.

Nous avions l'habitude des "petits durs à cuire", des "cracks", des "dalons" qui dans un excès de testostérones jouaient aux petits caïds. L'égalité des genres est sûrement passé par là, on voit de plus en plus de jeunes filles hystériques, prêtent à flanquer une gifle tout en arrosant les victimes d'insultes fleuries.

Cette fois-ci, c'est une autre collégienne, âgée de 12 ans, qui a été victime d’agression dans un collège de la capitale, le mercredi matin 20 février. Elle a été rouée de coups par trois élèves plus grandes qu’elle.

Elle s'est rendue avec sa mère pour une plainte à la police et affirme n'avoir rien pu faire face à des filles qui en avaient après elle.
Forte heureusement, elle a été secourue par une autre élève. Cette dernière a conduit la victime au bureau du recteur.

Si le cas a été référé à une équipe de la brigade de mineures, n'est-il pas plus que temps de prendre des sanctions disciplinaires et exemplaires dans les collèges ?

On le sait, le "bullying", les menaces, le chantage sont des traumatismes qui peuvent marquer la vie d'un enfant, les coups physiques peuvent aussi entraîner des séquelles irréversibles à cet âge chez les plus fragiles. 

L'enfant doit avoir la garantie de l'établissement d'un suivi psychologique. Se sentir de nouveau en confiance afin d'assurer sa scolarité. Qui plus est, dans bien des cas, ce n'est pas seulement l'enfant qui a besoin d'un soutien, ce genre d'agression affecte également toute la cellule familiale.

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.