Politique

Violation du secret bancaire des relevés de Navin Ramgoolam, à qui profite le crime ?

Vendredi 18 Octobre 2019

Tous les coups sont permis en période électorale. On ne compte plus lors des réunions politiques le nombre de dérapage des politiciens dans des opérations "zet la bou".

Si certains revendiquent le droit de vouloir protéger leur famille face aux attaques liées au scandale (exemple SerenityGate), les mêmes ne se privent pas à révéler ce qui est de l'ordre de la vie privée de leurs adversaires politiques.

C'est ainsi qu'après avoir déniché la pseudo confidence de la fille Soornack sur la relation qu'entretenait sa mère et l'ancien Premier ministre, qui d'ailleurs n'a eu aucun effet escompter sur l'ensemble des Mauriciens, tant les pleurnicheries relevaient d'une mise en scène orchestrée par des mercenaires de la presse.

Voici, qu'un pseudo lanceur d'alerte qui s'est approprié le nom de « Edwar Snowden», a envoyé des relevés bancaires de Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste, de feu Ah Fat Lan Hing Choy, ex-trésorier des rouges qui font état des transactions effectuées de 2008 à 2013 sur ces comptes courant, d’épargne et avec des cartes de crédit. On y voit des dépenses en Europe dans des échoppes de luxe avec force détails.

Ces relevés bancaires ont été envoyés à tous les rédacteurs en chef sélectionnés par monsieur« Edwar Snowden», au bureau du Premier ministre, au leader de l’opposition, à Paul Bérenger (leader du MMM).

Ce type d’information relève de la violation du secret bancaire ni plus ni moins. Personne ne s'amuserait à divulguer les comptes courants du couple Jugnauth...

A qui profite le crime ?

Semblant anticiper les fake news et autres, le leader des rouges a publié sur sa page officielle ce vendredi, ce message accompagné d'une vidéo  :"Un homme politique charismatique n’utilise pas ce genre de procédés. Un mandat se mérite à la loyale et non aux travers d’artifices technologiques diffamatoires. L’atteinte à la vie privée est l’outil des lâches."

Rédigé par E. Moris le Vendredi 18 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.