Menu



Société

Vidéos de Safe City : Deepak Balgobin renvoie la balle à la police


Rédigé par E. Moris le Samedi 12 Décembre 2020

La saga des images des caméras Safe City. Comment est-ce que des images de caméras fonctionnelles peuvent disparaître ? Combien de temps, ces images sont-elles sauvegardées ?



Dans l’affaire Soopramanien Kistnen, plus on semble s’approcher d’un dénouement, d’un seul coup, on s’en éloigne. Alors qu’il semblait à un moment que les images des caméras Safe City allaient permettre de faire la lumière sur le décès plus que suspect de l’agent du MSM, voilà que l’affaire se corse, s’embrouille… 

Le mystère s’épaissit de nouveau avec la disparition des images de certaines caméras

Rappelons qu’à un moment, il était question, selon la version dite à Shakuntala Kistnen, que les caméras n’étaient pas opérationnelles. Mais lors de l’enquête judiciaire, l’on a appris qu’elles fonctionnaient bel et bien. On a ainsi pu retracer une partie des déplacements de Soopramanien Kistnen le jour de sa disparition. Les caméras le suivent jusqu’à Rose-Hill où il prend un bus de la CNT pour Beaux-Songes via St Jean. Depuis, Soopramanien Kistnen disparait du champ de vision. 

Le constable Abhiram affirme que les images des caméras de Palma ont disparu

Le policier a pourtant donné des explications très intéressantes. Il a indiqué avoir contacté un expert de Mauritius Telecom qui lui a dit que normalement, le ‘server’ peut sauvegarder des images de 4 000 caméras pendant plus de 30 jours. Mais comme 2 800 caméras seulement sont opérationnelles, il y a plus d’espace sur le serveur. Ce qui aurait dû augmenter le nombre de jour où les images sont sauvegardées.

Mauritius Telecom dit qu’elle n’a pas accès aux serveurs du projet Safe City 

Rama Valayden ayant impliqué Mauritius Telecom dans une déclaration concernant la disparition des images de certaines caméras du projet Safe City, l’organisme a répliqué dans un communiqué jeudi. MT soutient que les données des caméras Safe City sont stockées sur les serveurs du Government Online Centre. Le communiqué souligne aussi qu’aucun membre du personnel de MT n'a accès et ne peut pas avoir accès aux données de ces serveurs. Mauritius Telecom dit être uniquement responsable de la mise en place et de l'entretien de l'infrastructure de Safe City.

Le député travailliste Shakeel Mohamed a annoncé dans une vidéo sur sa page officielle, que selon ses recherches, les serveurs au Government Online Centre sont gérés par le National Computer Board.

Ces deux instances sont sous la responsabilité du ministère des Technologies, Deepak Balgobin. Il rappelle qui plus est qu'en 2017, que c'est Yodiga Sawmynaden qui avait la charge de ce ministère et avait nommé le Chairman et Executive Director du National Computer Board. 

Enter Deepak Balgobin 

Le ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation a déclaré ce samedi sur les ondes d'une radio privée que seule la police a accès aux vidéos prises par les caméras de surveillance.

Deepak Balgobin affirme « ce sont des faussetés pour semer le doute. Les serveurs mentionnés sont hébergés dans le bureau du Government Online Centre (GOC) mais personne d’autre que la police a accès aux données qui y sont stockées ».

Samedi 12 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.