Menu


Faits Divers

Vidéo de Kaushik Judunundun : série de dépositions à prévoir contre le sherpa de Pravind Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Avril 2020



L’arroseur arrosé ? Celui qui prétend avoir porté plainte pour infraction aux dispositions de l’ICT Act contre Rachna Seenauth pourrait-il à son tour être inquiété pour le même délit ?

Dans une vidéo postée sur Facebook, qui a refait surface, et mis en ligne par la Rédaction de Zinfos Moris, Kaushik Judunundun s’en prend de manière virulente à l’activiste. Il va même jusqu’à utiliser des termes dégradants et clairement diffamatoires. Il critique aussi, en des termes non moins violents, le député travailliste du no 3, Eshan Juman. 

Jameel Peerally a déjà indiqué sur Facebook qu’il allait déposer plainte en compagnie de son homme de loi, Me Sanjeev Teeluckdharry. Eshan Juman aussi a indiqué sur les réseaux sociaux qu’il va porter plainte contre Kaushik Judunundun.

Cependant, il dit espérer qu’avant même qu’il ne se rende dans les locaux de la Cybercrime Unit, il espère que le Premier ministre aura déjà révoqué cette personne comme membre de l’Information and Communication Technologies Authority. 

Car c’est là que se trouve le comble de l’ironie. Kaushik Judunundun siège sur le conseil d’administration de cet organisme. Et il trouve le moyen – un tribunal le confirmera peut-être – d’être accusé d’infraction aux dispositions même de la loi-cadre de l’institution. D’ailleurs, Eshan Juman a indiqué qu’il a envoyé la vidéo au Premier ministre, au ministre des TIC et au DPP. 

Il faut savoir qe Kaushik Judunundun, qui trouve le temps de poster des vidéos de haine sur Facebook, est celui-là même qui avait porté plainte contre Rachna Seenauth, accusée d’avoir partagé une image sur son profil. Il se targuait d’ailleurs, dans un post, d’avoir passé deux heures au CCID pour consigner sa plainte. Et qui plus est, il disait l’avoir fait « pour son boss, son Premier ministre et son pays ».  

Rappelons que pour avoir annoncé, à tort, qu’il y avait des émeutes à Port-Louis, post qu’il avait ensuite effacé, Jameel Peerally fait l’objet de poursuites pour diffusion de fausses nouvelles, un des délits tombant dans la catégorie « Breach of ICT Act ».

Pour avoir partagé une image, Rachna Seenauth, dénoncée par Kaushik Judunundun, sera poursuivie pour « Breach of ICT Act » aussi. Et ironie de l’histoire, pour sa vidéo de haine à l’encontre de Jameel Peerally, un des possibles délits commis par Kaushik Judunundun pourrait être la fameuse annoyance, tombant aussi sous « Breach of ICT Act ». 

Clin d’œil de l’histoire, pourrions-nous dire, que les trois personnages, qui sont d’une façon ou d’une autre liés, soient poursuivis pour le même délit. Cela pourrait même faire l’objet le scénario d’un film intitulé « Comment trois personnes qui ne se connaissent pas se retrouvent toutes au tribunal pour Breach of ICT Act ».

Vidéo de Kaushik Judunundun : série de dépositions à prévoir contre le sherpa de Pravind Jugnauth


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.