Menu



Société

[Vidéo] Vallée-Pitot : Javed Meetoo est-il derrière les cocktails Molotov lancés sur une maison ?


Rédigé par E. Moris le Jeudi 28 Février 2019



Mercredi 27 janvier à Vallée-Pitot des cocktails Molotov ont été lancés sur une maison. 

Si aucun blessé n’est à déplorer. Le propriétaire de la maison avait déjà porté plainte à la police il y a un mois à la suite des menaces de mort par le biais d'une lettre.

Zinfos Moris a fait état, le 30 janvier 2010 dans ses colonnes qu'un père de famille dit craindre pour sa sécurité et celle de sa famille, lors des menaces à peine voilée du prédicateur radical Javed Meetoo.

Le prédicateur Javed Meetoo continue de "terroriser" les citoyens mauriciens

En effet c'est à travers une vidéo que Noorrani Rannoo, habitant à Port-Louis avait publié sur les réseaux sociaux et You Tube que l'alerte avait été donnée. Ce dernier affirme avoir fait l'objet de menaces samedi 26 janvier de la part du prédicateur radical Javed Meetoo, Abu Hamza Saleem un autre prédicateur connu et ses acolytes (Voir vidéo). 

Sous la menace à peine voilée, la petite bande organisée a encerclé et tenté de terroriser Noorrani Rannoo, en le soumettant à un flots de questions pour vérifier si il est oui ou non musulman !  

Ces petits malfrats mal élevés, vont même lui demander de lire la profession de foi la Chahada, un des piliers de l'islam.  

Dans notre article nous avions posé cette question qui prend tout son sens face aux menaces et actes terroristes dont la famille Rannoo a fait l'objet :

"Y a-t-il une milice religieuse qui contrôle et vérifie qui est ou peut être musulman à Maurice ?".

Celui qui avait clamé à la barbe et au nez des autorités : "Oui, je suis pour un état islamique, même à Maurice", semble continuer ses actes de provocation en terrorisant les citoyens mauriciens.

Javed Meetoo continue de provoquer l'Etat mauricien.  

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-EXCLUSIF-Les-radicaux-islamiques-a-Maurice_a54.html



 




Jeudi 28 Février 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.