Menu

Régions Océan Indien

[Vidéo] Rodrigues : La grande alliance de l’opposition prend le pouvoir avec une majorité d’une voix


Rédigé par E. Moris le Mercredi 2 Mars 2022



L’OPR a mordu la poussière à Rodrigues. De peu certes, mais cette formation a perdu le pouvoir. Après l’application de la proportionnelle, l’OPR s’est retrouvée avec 8 élus, soit 6 dans les régions.

En effet, l’OPR a enlevé les régions 3, 4 et 6. Au no 3, elle a fait élire Jean Rex Ramdally et Fanchette Gaspard Pierre-Louis. Au no 4, ses candidats, Nicholson Lisette et Karine Roussety ont été élus, tout comme Henry Agate Louis Daniel Baptiste au no 6. Le hic, c’est que l’OPR a obtenu deux élus à la proportionnelle, soit Jean Paul Spéville Marie Norja Raffaut. Le parti de Serge Clair (pour le moment) est le plus fort sur l’échiquier. Mais cela ne suffit pas. 

Dossier : les enjeux des résultats des élections régionales à Rodrigues

Car, en face, il y a d’abord l’Alliance UPR-MIR-UPR, qui a obtenu deux élus dans la région 1, soit Jean Nicholas Volbert  et Jean Alain Wong so. Mais cette alliance a aussi obtenu deux élus à la proportionnelle, soit, Franceau Aubret Grandcourt et Justar Tolbize. Cela fait 4 au total. Ce qui, en théorie, n’aurait pas suffi à prendre le pouvoir. 

Mais il y a aussi l’Alliance Rodriguais, composée du PMSD-Rodrigues et du FPR-Ecologie. Cette formation a obtenu 4 élus dans 2 régions (2 et 5). Ils sont Joseph Varok Ravina et Marie Christiane Agathe au no 2 et Johnson Roussety et Louis Ange Perrine au no 5. Cette alliance a aussi obtenu une élue à la proportionnelle, soit Marie Ange Ludmie Allas. 

Lorsqu’on ajoute les 5 élus de l’Alliance Rodriguais et les 4 élus de l’alliance UPR-MIR-UPR, cela fait 9, soit un de plus que l’OPR. C’est ce qui explique que Francisco François, député de l’OPR au parlement à Maurice, estime que ce parti va revenir en force. Il prévoit en effet des élections bientôt.

Crédit vidéo : L'alliance Libération


Mercredi 2 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.