Menu



Environnement

[Vidéo] Pomponette : Les barrages sur la plage enfin enlevés


Rédigé par E. Moris le Vendredi 4 Septembre 2020



Trois ans de lutte acharné mené par le collectif Aret Kokin Nous Laplaz mais aussi des citoyens engagés, pour que l’ex-plage publique de Pomponette soit rendue au public mauricien.

Trois Ministres des terres plus tard, le sort de la plage de Pomponette n’est toujours pas réglé.

Depuis le début de cette saga, les magouilles de la compagnie Clear Ocean Hotel and Resort ltd ont été mises à jour, notamment par la presse locale, et sud africaine (dettes, liquidation, non respect du lease agreement et difficulté financière).

Les barrages de Pomponette enfin enlevés par les autorités, un an après la résiliation du bail de Clear Ocean Hotel and Resort Ltd.

Si Carina Gounden, porte-parole du collectif, se réjouit de la décision des autorités d’enlever les barrages. Toutefois, elle dit attendre que la plage soit proclamée publique.

Aucune illusion, bien que le bail de l’ancien promoteur, Clear Ocean and Resorts Ltd, ait été résilié,n’aura rien changé quant à la position du ministère des Terres et du logement, d’autres constructions d’hôtels devront y voir le jour. Le gouvernement mauricien refuse de restituer la plage de Pomponette au public.

Répondant à une question du député travailliste Fabrice David, le Premier ministre adjoint, également ministre des Terres et du logement, Steven Obeegadoo a déclaré :« Le contrat de bail de la Clear Ocean Ltd a été annulé en 2019 pour non-respect des conditions dudit bail. À ce jour, le site est toujours destiné au développement de l'hôtel. »

Notons que cela fait presqu'un an que le bail a été résilié, le 22 août 2019. Et les promoteurs maintiennent toujours leur présence à Pomponette à l'aide barrière.

Crédit vidéo : Aret Kokin Nu Laplaz


Vendredi 4 Septembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.