Menu


Politique

[Vidéo] Micro ouvert, Pravind Jugnauth demande à ses ministres un compte rendu de la conférence de presse de Collendevelloo


Rédigé par E. Moris le Vendredi 26 Juin 2020



Cette séquence tirée avant le début de la conférence de presse du Premier ministre démontre encore une fois l'incompétence de ses conseillers en communication.

Avant de démarrer sa propre conférence de presse, Pravind Jugnauth demande à ses ministres un compte rendu de la conférence de presse de Ivan Collendevelloo alors que son micro est ouvert! (voir vidéo). C'est donc Nando Bodha et Steven Obeegadoo qui se sont chargés de lui faire un résumé.

Rappelons qu'à la suite de la révocation de l'ex-numéro 2 du gouvernement, Pravind Jugnauth a indiqué avoir eu un résumé de l’enquête du bureau de l’intégrité de la Banque africaine de développement. Bien que selon nos sources, ce soit l'intégralité du rapport.

« Les conclusions sont très sérieuses », a déclaré le Premier ministre. Pour lui, le rapport final soutient qu’il y a eu irrégularités dans le premier appel d’offres en 2014 mais aussi le second exercice. Et Pravind Jugnauth d’ajouter que « plusieurs noms sont cités, dont ceux d’Ivan Collendavelloo et de Paul Bérenger ». 

Pravind Jugnauth a aussi déclaré qu’il a transmis le document à la Commission anticorruption aujourd’hui et qu'il refuse une commission d'enquête.

Notons que sur le scandale de la Centrale de Saint-Louis, le Premier ministre a invité le leader de l'Opposition de lui communiquer toutes les informations qu'il détiendrait, face au refus et à la méfiance de la  BAD de communiquer les détails de son enquête au gouvernement mauricien. "Please give it to me...He seems to have a lot of information. You provide it to me". Puis répondant à une question de Arvin Boolell sur le sujet : ”Listen... As far as i know... I’m not aware... I don’t know”. «I will have to find out».

 

Crédit vidéo : MBC



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.