Environnement

[Vidéo] Mahebourg Otantik et ECOSUD protestent contre des projets à Mahébourg et Pointe-d’Esny

Samedi 1 Juin 2019

Lors d'une conférence de presse le vendredi 31 mai à Mahébourg, les deux ONG, Mahébourg Otantik et Eco-Sud s'opposent au développement qui mettrait à mal le village du Sud et qui porterait atteinte aux «wetlands» de Pointe-d’Esny.


Les deux ONG contestent le projet «Mahébourg Village Touristique», notamment les consultations menées par le ministre du Tourisme Anil Gayan en termes d’aménagement et de plan d’urbanisation.

Projet Pointe d'Esny : Le "secret" le mieux gardé de la côte sud-est

Concernant le projet du groupe sucrier Beau-Vallon baptisé «Pointe d’Esny Le Village» qui se trouve à proximité des zones humides, il est contesté par Eco-Sud devant le Tribunal de l’environnement.

Eco-Sud craint que les travaux auront un impact sur les 2 sites RAMSAR (protégés par la convention internationale pour les zones humides) situés dans sa proximité immédiate. A savoir les wetlands de Pointe Jérôme et le Blue Bay Marine Park ; et d’autre part sur l’ensemble des lacs, bassins et zones inondables situés en plein cœur du projet de développement annoncé et qui fonctionnent en système avec le lagon de Pointe d’Esny et les sites RAMSAR.

Les riverains et ONG se sont également regroupés à travers un collectif: Forces Vives de Pointe-d’Esny et ont ainsi exprimé leurs inquiétudes quant au fait que ce projet sera développé autour d’étangs naturels et des « wetlands » sur cette propriété, bien que les promoteurs aient donné l’assurance qu’ils préserveront les mares. 

Pour rappel, le ministère de l’Environnement a accordé le 31 janvier 2019, un permis Environmental Impact Assessment (EIA) à la Pointe d’Esny Lakeside Co Ltd, qui appartient à 100 % à la Compagnie de Beau Vallon Ltée ( principale actionnaire dans les compagnies propriétaires du Preskil Beach Resort, du Solana Beach et des Lodges d’Andréa) dont le CEO est Thierry Merven.

Il comprendra la construction de 500 villas, appartements, duplex, complexes sportifs et espaces commerciaux qui démarrent à la vente à partir de 350 000 euros à monter. 

 

  


 



Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Juin 2019